Les opérations de solidarité se poursuivent en faveur de la Kabylie meurtrie cet été par des feux de forêt dévastateurs. Cette fois, ce sont les artistes de la région qui se mobilisent en France pour organiser « un week-end de soutien pour récolter de l'argent ».

Cette opération consiste en fait à animer deux galas, à Paris, dont les recettes seront envoyées aux zones sinistrées. Akli D, Ali Amran, Bab, Belaid Branis, Djam, Kasbah, Kabylie Minogue, Nadia Ammour, Samia Diar, Amar Chaoui, Abdenour Djemaï, Rafik Korteby, Hichem Takaoute, Hocine Kemache, Hamani Ait Idir, Mehdi Ryan Souad Asla, Tighri uzar, TiMoh et d'autres artistes encore sont attendus pour participer à l'évènement.

Les deux galas auront lieu dans la soirée de samedi 4 septembre et celle du dimanche 5 septembre au niveau de la salle du Cabaret Sauvage (Paris) mis à disposition pour la circonstance. Les initiateurs de cette action affirment que toute les recettes de ces deux soirées seront versées pour aider la Kabylie. Il s'agit, dans les détails, « des bénéfices des billets vendus, des recettes de la vente de thé à la menthe, des recettes de la vente de pâtisseries orientales, de la boite à dons qui sera dans le Cabaret Sauvage et des bénéfices de la restauration », ont tenu à préciser les organisateurs.

À lire aussi :  Soixante ans après l'indépendance, ces Algériens papis-portefeuilles

Deux galas à Paris pour venir aux aide aux sinistrés des incendies en Kabylie

Il est clair que cette campagne de collecte de don ne sera pas de trop. Bien au contraire, elle sera applaudie par les villages en Kabylie. Ces derniers sont toujours dans le besoins après l'épisode des feux de forêts. Pour rappel, ces incendies, qui ont ravagé la région durant ce mois d'août 2021, ont causé d'importants dégâts humains et matériels

Le dernier bilan fait état de 79 morts (59 civils et 20 militaires) dans la wilaya de Tizi-Ouzou, qui aura été la région la plus impactée par cette catastrophe. Des familles entières ont été sinistrées étant donné que leurs maisons ont été durement touchées. Les dégâts matériels se chiffrent par ailleurs à des centaines de millions de dinars.