Le Covid-19 n’aura pas épargné les pays du Maghreb durant l’été 2021. Les contaminations ont fortement augmenté en Algérie, au Maroc et en Tunisie durant la période allant de juin à août. Les images des institutions hospitalières du Maghreb diffusées cet été faisaient état d’une situation sanitaire difficile. Toutefois, depuis le début du mois de septembre, l'on remarque une amélioration avec une décrue sensible du nombre de contaminés dans les trois pays du Maghreb.

Selon de récentes données communiquées à l’Agence-France Presse (AFP), les derniers chiffres concernant les contaminations au Maghreb sont en baisse. Une situation qui ravit les populations de l’Algérie, du Maroc et de la Tunisie, surtout que cela coïncide avec la grande rentrée sociale.

Vaccination : Au 16 septembre, 13,3 % des Algériens ont reçu au moins une première dose

L’Algérie a annoncé début septembre « une grande campagne » visant 70 % de vaccinés d’ici la fin de l’année. Au 16 septembre, 13,3 % des près de 44 millions d’Algériens avaient reçu au moins une première dose, mais seulement 9,5 % disposent d’un schéma complet, selon les chiffres de l’AFP.

Le record hebdomadaire de contaminations en Algérie a été atteint du 24 au 30 juillet (10 626 nouveaux cas) et pour les décès, entre le 31 juillet et le 6 août avec 268 morts. Au 16 septembre, la décrue était nette avec six fois moins de cas sur sept jours, et deux fois moins de décès (132).

À lire aussi :  Le calvaire des demandeurs de titre de séjour en Seine-Saint-Denis

Les rassemblements demeurent interdits et le couvre-feu (21 heures) a été maintenu, mais les plages et lieux de loisirs ont rouvert. Les vols internationaux, stoppés depuis mars 2020, ont repris partiellement en juin 2021.

Le Maroc est le pays du Maghreb le plus avancé dans la vaccination

Le Maroc, qui déplore près de 13'800 morts du Covid, est le pays du Maghreb le plus avancé dans la vaccination, avec près de la moitié des parcours vaccinaux complets (46,7 %). Le royaume a connu une flambée de Covid après l’assouplissement en juin des restrictions (ouverture des frontières, allègement du couvre-feu) et l’apparition du variant Delta.

Le pays a connu un record de contaminations début août avec près de 70'000 nouveaux cas, un nombre hebdomadaire divisé par quatre au 16 septembre. Même tendance pour les décès avec 405 morts ces sept derniers jours, près de la moitié des 775 enregistrés lors du pic (du 16 au 22 août).

Les autorités ont durci début août le couvre-feu nocturne (20 heures), limité les rassemblements, et restreint les déplacements vers la métropole économique de Casablanca et les pôles touristiques de Marrakech et Agadir.

La Tunisie a payé un lourd tribut avec environ 24'500 morts

Les services de réanimation ont été submergés par les cas de Covid en juillet en Tunisie, pays qui a payé le plus lourd tribut du Maghreb avec environ 24'500 morts.

À lire aussi :  La harga devient un projet familial en Tunisie

Le pic des contaminations s’est produit entre le 7 et 13 juillet avec plus de 55'000 cas, contre sept fois moins aujourd’hui. Les décès sont également en forte baisse avec 342 morts sur la semaine écoulée, cinq fois moins qu’au pic (1451 morts, du 24 au 30 juillet), selon les chiffres de l’AFP.

Au moment des faits, les autorités avaient imposé un couvre-feu dès 18 heures, allégé depuis, et limité la circulation entre régions tout en donnant un coup de fouet à la vaccination, grâce à d’importants dons internationaux. Plus d’un quart (26,1 %) des 12 millions de Tunisiens a actuellement un schéma vaccinal complet (deux doses de vaccins et un délai de quelques semaines après la seconde injection).