Dans un communiqué de presse, paru le 20 septembre, Air Algérie a annoncé l’arrestation d’un membre du personnel navigant commercial du vol AH 1123 assurant Constantine-Paris, en possession d’une « substance prohibée », à l’aéroport de Paris Orly.

L’affaire qui remonte au 18 septembre concerne un steward âgé de 29 ans, marié et père d’un enfant, exerçant au sein de la compagnie Air Algérie, depuis 2019. Selon les informations recueillies par visa-algerie.com, son père, pilote de ligne exerce également au sein de ladite compagnie.

Comment le steward d'Air Algérie a été arrêté

Le steward en question était à bord du vol Constantine-Paris, ce samedi 18 septembre. Après l’atterrissage, il a demandé au commandant de bord l’autorisation de sortir de la zone internationale pour « acheter un médicament à la pharmacie de l’aéroport ».

Une fois son achat effectué, il passe le portique de sécurité pour regagner son avion, mais voilà que l’alarme se met à sonner pour une raison inconnue. Il est alors soumis à une fouille légère sur place, mais la sécurité ne trouve rien de spécial, alors, comme le dicte la procédure, il doit repasser le portique qui se met à sonner. C’est à ce moment que la sécurité décide d’effectuer une fouille approfondie dans une pièce spéciale et découvre de la drogue sur le steward, indique la même source.

À lire aussi :  L'imam djihadiste Youssef al-Qaradâwî est décédé à l'âge de 96 ans

Ne voyant pas son élément revenir, le pilote contacte le chef d’escale d’Air Algérie à Orly qui lui annoncera l’arrestation du steward. L’avion décolle alors sans lui.

Pour avoir accès à son dossier, la compagnie Air Algérie pourrait se constituer en partie civile. L’enquête est toujours en cours en France, afin de vérifier si le steward qui a obtenu de la drogue à l’aéroport parisien ne fait pas partie d’un réseau.

Suite à ces faits, Air Algérie affirme avoir pris des mesures « administratives et conservatoires » à l’encontre du mis en cause dont la relation de travail a été suspendue.