La compagnie aérienne nationale Air Algérie pourrait être le sauveur d'un aéroport français en extrême difficulté économique. L'aéroport de Metz-Nancy-Lorraine (LFJL), situé dans le département de la Moselle, risque la faillite faute de fréquentation, selon le journal l'Est Républicain, qui suggère que la compagnie aérienne algérienne est bien placée pour sauver l'infrastructure aéroportuaire de la fermeture.

Selon la même source, les habitants de la Moselle et plus largement du Grand-Est ont peur pour leur aéroport. L'Aéroport de Francfort, en Allemagne voisine, situé non loin de la Lorraine, a récemment fermé ses portes pour des raisons financières, affaibli par les problèmes économiques et achevé par la crise sanitaire qui a engendré pendant longtemps la fermeture des frontières, donc des aéroports.

Le quotidien régional français fait savoir que l'aéroport en question enregistrait une fréquentation de 38 000 passagers en 2020, soit en pleine période de pandémie de coronavirus. L'infrastructure tourne autour de 20 000 passagers en 2021, c'est-à-dire qu'il a fonctionné moins durant l'année en cours que durant l'année qui a fait fermer les aéroports. Naturellement, son budget est passé de 10 à 5 millions d'euros.

Une responsable de la Région Grand-Est ne veut pas s'inquiéter. Elle espère le soutien financier d'autres collectivités locales. Il faut rappeler que l'Aéroport de Metz-Nancy-Lorraine est situé au carrefour de 5 communes, en l'occurrence celles de Goin, Pagny-lès-Goin, Vigny, Liéhon et Silly-en-Saulnois. Aussi, il est situé à 25 kilomètres au sud de la ville de Metz et à 35 kilomètres au nord de celle de Nancy.

La région du Grand-Est est propriétaire de l'aéroport et ses responsables attendent une contribution de toutes ces collectivités. Mais ils espèrent également une reprise de la circulation aérienne de et vers leur aéroport. Laquelle circulation est animée principalement par la compagnie Air Algérie. C'est ce que rapporte l'Est Républicain, qui estime qu'une renaissance de l'aéroport dépend principalement du retour de la compagnie algérienne.

Air Algérie n'opère que 24 vols par semaine entre l'Algérie et la France et 23 d'entre eux ne concernent que les aéroports parisiens, le dernier vol desservant Marseille à partir de la capitale algérienne. C'est le cas depuis l'augmentation du nombre de vols le 28 août, et les dirigeants du Lorraine Aéroport et ceux de la région Grand-Est espèrent une nouvelle augmentation de vols qui bénéficierait à d'autres aéroports français, particulièrement celui de la Moselle. Probablement l'occasion d'une plus grande ouverture des frontières qui doit répondre à trois conditions : l'amélioration de la crise sanitaire, la hausse des vaccinations en Algérie et une amélioration des relations politiques franco-algériennes, devenues exécrables depuis quelques semaines.