Les lieux de cultes musulmans en France ne sont pas épargnés par des actes islamophobes. Des actes qui ont connu ces dernières années une hausse inquiétante selon les chiffres officiels. Le dernier acte en question a eu lieu samedi 6 novembre 2021. Une mosquée de Pontarlier dans la commune de Doubs a été la cible, dans la nuit du samedi 6 au dimanche 7 novembre, de tags ; des croix de Lorraine, symbole traditionnellement attribué au gaullisme et à la Résistance en France durant la Seconde Guerre mondiale.

« À Pontarlier, les croix ont été apposées sur les murs de la mosquée Philippe-Grenier et sur ceux de l'Association des Turcs de Pontarlier », a indiqué à l'AFP Abdallah Zekri, président de l'Observatoire national de lutte contre l'islamophobie. Une information confirmée par le Parquet qui précise que « les policiers ont dénombré six croix, sur la mosquée tracées avec une bombe de peinture rouge ».

« Les discours de haine ne font que renforcer les actes antimusulmans » en France, regrette Abdallah Zekri

Un acte condamné par le maire de Pontarlier Patrick Genre. « C'est intolérable, inqualifiable, on touche au vivre-ensemble, à la liberté d'expression, de penser, de religion. Tout ce qui peut altérer à cela est tout à fait abject. En plus en utilisant la croix de Lorraine qui est un symbole fort dans l'histoire de France, qui symbolise la résistance », affirme-t-il à France Bleu.

À lire aussi :  France : Pourquoi la délivrance de titres de séjour tarde ?

Pour sa part, Abdallah Zekri, président de l'Observatoire national de lutte contre l'islamophobie en France, voit en ces tags contre la mosquée de Pontarlier un acte « islamophobe », et n’a pas caché leur lien avec le climat politique régnant en France. « Nous sommes très surpris que ce soit une croix de Lorraine, mais nous sommes en pleine ligne droite vers l’élection présidentielle et les discours actuellement de haine ne font que renforcer les actes antimusulmans », affirme-t-il à l’AFP.