Un ressortissant français a été arrêté le 11 novembre dernier dans un aéroport marocain, au moment où il s'apprêtait à embarquer pour la France. C'est le journal français La Dépêche qui rapporte l'information de l'arrestation de Sébastien, qui aurait eu la malchance d'acheter un masque volé appartenant à un musée.

En effet, le séjour de Sébastien, 59 ans, a tourné au cauchemar le jour où il est devait rentrer chez lui, dans la région de Toulouse. « Il est parti au Maroc début septembre pour une question d’héritage. Son retour à Toulouse était prévu le 11 novembre, mais il n’est jamais arrivé », a indiqué Isabelle, sa compagne, qui dit s'inquiéter pour son compagnon.

En fait, il a été interpellé par les éléments de la police qui ont trouvé dans ses bagages un masque qu'il avait acheté au Maroc, sans savoir qu'en faisant cet achat, il venait de violer la loi, puisque ce masque avait été volé au musée national de Marrakech, selon les accusations de la police. « Les autorités m’ont prévenue le vendredi matin. Je commençais à m’inquiéter, car je n’avais pas de nouvelles. Il a acheté un masque qu’il trouvait super beau à quelqu’un, sans penser à mal. Mais il s’est avéré que ce masque avait été volé au musée national de Marrakech », a ajouté sa compagne.

À lire aussi :  Une femme enlevée et violée par deux Algériens à Toulouse

Une amende de 2600 euros pour le Français qui a acheté un masque au Maroc

Sébastien a aussitôt été placé en garde à vue pour s'expliquer sur la provenance du masque en question. Il confia qu'il l'avait acheté sans savoir qu'il avait été volé, mais la justice ne semble pas avoir tenu compte de ses déclarations. Il devra payer une amende de 2600 euros s'il ne veut pas purger une peine de deux ans de prison. Mais la somme n'est pas disponible, ce qui a conduit les proches du prévenu à lancer une cagnotte pour réunir la somme exigée. Pour cela, ils ont obtenu un délai de la part de la justice marocaine.

« Il a le droit de téléphoner une heure le matin et une heure le soir, mais seulement à moi. Ses écrits sont surveillés. Il est vraiment mal. Il avait avec lui un petit chien qu’ils lui ont pris. Je ne sais pas combien de temps il va pouvoir tenir. Il n’a vraiment pas le moral. Cependant, il me dit qu’il est bien traité », déclare, en outre, la compagne de Sébastien.