Un ressortissant algérien de 77 ans a été jugé jeudi 6 janvier dernier devant les Assises à Nice, en France, pour avoir tué sa femme d'origine marocaine, ont rapporté plusieurs sources médiatiques françaises. Le mis en cause risque la perpétuité dans cette affaire, dont les faits remontent au 28 juillet 2018. 

Triste fin à un mariage qui aura duré plus de 40 ans. Allaoua, un ressortissant algérien âgé de 77 ans, et sa compagne d'origine marocaine Najat se sont liés durant plus de 40 années en France. Ils ont ainsi fondé un foyer et ont eu cinq enfants. À l'instar de tout couple, doit-on dire, leur vie commune aura certainement connu des hauts et des bas.

Selon ce qui a été rapporté par la presse française, leur relation s'est dégradée à tel point que la femme voulait repartir au Maroc toute seule. Chose que son mari n'a pas acceptée. Le 18 janvier 2018, une bagarre a éclaté entre eux.

Le couple qui habitait dans un appartement de la rue Solférino à Vallauris, commune située dans le département des Alpes-Maritimes, en région Provence-Alpes-Côte d'Azur, était arrivé au point de non-retour. L'irréparable a été commis. « Elle a commencé à crier, à ouvrir le balcon. Je suis connu à Vallauris », raconte à la barre le mari, commerçant de son état qui craignait pour sa réputation.

L'Algérien de 77 ans affirme avoir tiré sa femme par le cou. « D’un seul coup, le couteau est rentré là ! », montrant sa gorge avec son index, tête en arrière. « Elle s’est retiré le couteau de la gorge. On est tombés tous les deux », poursuit-il. Pour l'accusé c'était « un accident ». « C’est bizarre, ça ne correspond pas à vos premières déclarations », a rétorqué la présidente Emmanuelle De Rosa. Selon les conclusions des légistes, la défunte a été tout simplement égorgée.