Un retraité algérien a déposé plainte après avoir été trainé par une voiture à Noisy-le-Sec (Seine-Saint-Denis), en France. L'incident a été enregistré dans la matinée du dimanche 9 janvier 2022. La scène a été filmée et partagée sur les réseaux sociaux. 

Dimanche 9 janvier, une vidéo montrant une voiture dont le conducteur s'est mis à s'amuser en agrippant et en trainant deux piétons tout en continuant à rouler a fait le tour de la toile. Le chauffeur, qui a été filmé par un des passagers. « Wallah tu vas courir ! », avait lancé l’automobiliste à une de ses victimes. « Arrête tes conneries ! »« Arrête je vais tomber ! », répondait la victime qui a été finalement lâchée et qui est tombée. Deux personnes ont subi le même sort.

Le retraité algérien raconte son agression

La scène qui s'est déroulée à Noisy-le-Sec a choqué les internautes, qui ont condamné unanimement les auteurs. L'une des deux victimes s'est avérée être un Algérien, qui a d'ailleurs déposé plainte. Répondant au nom d'Ali, âgé de 68 ans, il est très connu à Noisy-le-Sec, où il vit depuis 1955, indique le journal Le Parisien.

Ce dernier était parti prendre un café, ce dimanche matin, avant que la voiture ne s'arrête devant lui. « Un véhicule de marque Renault Clio avec quatre jeunes âgés de 20 à 25 ans. Ils m'ont demandé une cigarette, je me suis alors approché de la voiture afin de leur remettre, il m'a saisi la main, il ne m'a pas lâché, il a accéléré », a raconté Ali au micro d'Europe 1.

À lire aussi :  Emploi au noir en France : Une entreprise gérée par deux Algériens épinglée

La victime affirme avoir été trainée sur une distance de 100 mètres environ, avant que le conducteur ne le lâche. « Je suis tombé la tête en premier par terre sur le macadam. Je connaissais le conducteur de vue, je l'avais déjà vu dans un autre bar », a ajouté le retraité algérien, qui s'en est sorti avec de légères blessures.

Ali a confié à la même source qu'une personne l'a approché pour lui demander de retirer sa plainte en contrepartie d'une somme d'argent. « Il m'a dit "si tu retires la plainte, le gars te donne 1000 euros ce soir (lundi)". Je lui ai dit "Je ne retire pas ma plainte, ça ne m'intéresse pas, j'ai des soins à faire" », explique le ressortissant algérien au même média. Notons que les deux auteurs présumés de cet acte ont été arrêtés et placés en garde à vue.