Face à la montée du communautarisme et à la banalisation de la violence en France, les communautés religieuses, musulmanes, juives et chrétiennes ont décidé de s’impliquer en appelant à la paix entre les Français. En effet, des représentants des trois religions monothéistes ont appelé à une marche, le samedi 22 janvier 2022 à Bordeaux, pour dire « non » à la violence et « oui » à la fraternité.

Ouverte à tous les citoyens, cette manifestation de rue à l’appel des représentants des trois principales religions en France ; musulmanes, juifs et chrétiens, sera silencieuse avec un seul mot d’ordre qui sera inscrit sur une bannière : « Main dans la main pour une année de paix », rapporte le quotidien français Sud Ouest. Une marche qui intervient dans un climat marqué notamment par la hausse des actes antireligieux en France.

Marche pour la fraternité le 22 janvier à Bordeaux

La marche prévue le 22 janvier, débutera à 14 h 30 depuis le marché des Capucins, dans la ville de Bordeaux. Les marcheurs feront ensuite une halte à la mosquée des Menuts, à la synagogue de Bordeaux, au temple du Hâ ainsi qu’à la cathédrale Saint-André. Des haltes symboliques pour affirmer l’attachement des organisateurs au vivre ensemble entre l’ensemble des communautés religieuses en France.

À lire aussi :  Affaire Pegasus : L'Espagne et le Maroc ont-ils enterré la hache de guerre ?

À chaque halte devant un lieu de culte, une lumière sera d’ailleurs offerte par un des jeunes des différentes communautés. « Lumière, pour rappeler que la confiance a sa place au cœur de notre société », affirment les organisateurs de la marche. « Nous sommes dans une République laïque avec des valeurs communes », ajoutent les représentants des différentes communautés religieuses impliqués dans cette manifestation de rue.

« La racine de la violence en France est la peur »

La marche prendra fin à 17 h, sur le parvis de la mairie de Bordeaux, selon les organisateurs qui ont programmé de remettre également une lumière à Pierre Hurmic, maire de la ville. Un geste en signe d’ « attachement de nos communautés et de tous les participants aux valeurs républicaines », affirment encore les organisateurs.

Selon les représentants des trois communautés religieuses, « la racine de la violence en France est la peur », d’où leur appel à cette marche pour la paix et la fraternité. « Le 22 janvier, on va marcher ensemble pour dire qu’on n’a pas peur de l’autre, quelles que soient nos convictions. Stop à la peur », annoncent les organisateurs. « Et puis on va arrêter de se focaliser sur ce qui ne va pas. Nous sommes dans un pays qui va plutôt très bien, avec de belles histoires », ajoutent-ils.