Le port du voile par les femmes musulmanes continue de susciter le débat en France. La droite et l'extrême droite ne ratent aucune occasion pour afficher leur opposition au symbole religieux, y compris lorsque la question est soulevée en dehors de l'Hexagone.

C'est à croire que la question du port du voile par les femmes est le problème majeur des français aujourd'hui. À chaque fois que le sujet des femmes voilées est soulevé, c'est le branle-bas de combat chez une partie de la classe politique française. Il s'agit notamment des politiciens de la droite et de l'extrême droite, qui ne ratent aucune occasion pour rebondir sur la question.

C'est le cas d'ailleurs avec cette nouvelle polémique qu'a suscité en France une campagne de l'Union européenne sur l'avenir de l'Europe, dont l'une des nombreuses affiches montre une femme voilée. Pour inciter à participer à la Conférence sur l'avenir de l'Europe qui aura lieu du 11 au 13 février 2022, la Commission européenne a choisi d'illustrer une de ses affiches avec une femme voilée avec le slogan : « l'avenir de l'Europe est entre vos mains ».

Une affiche de l'UE avec une femme voilée provoque un tollé médiatique en France

Une affiche qui fait partie d'un ensemble de 17 visuels, créés par la Commission européenne pour illustrer et promouvoir l'événement. Mais le choix d'une affiche avec une femme voilée a fini par susciter un tollé en France, notamment chez de nombreux politiciens de la droite et de l'extrême droite.

« Qui aurait pu croire, il y a 60 ans, qu'en 2022, l'égérie d'une conférence sur l'avenir de l'Europe serait une femme voilée ? Synonyme de soumission, de remplacement et de changement de civilisation : le voile ne sera jamais un symbole européen ! » s'insurge l'eurodéputé RN Jean-Lin Lacapelle dans un message publié sur son compte Twitter.

« En choisissant une femme voilée comme égérie de la conférence sur l'avenir de l'Europe, l'UE montre à nouveau sa déconnection des peuples, mais aussi sa complaisance envers ce symbole d'asservissement des femmes », réagit pour sa part Bruno Retailleau, président du groupe Les Républicains (LR) au Sénat français.

Le député Eric Ciotti, candidat malheureux du parti LR pour la présidentielle d'avril prochain et soutien de la candidate Valérie Pecresse, n'a pas caché sa colère. « Choisir comme symbole de l'avenir de l'Europe une femme voilée est scandaleux ! Inadmissible soumission à l'islamisme, le tout sous l'autorité de la Présidence française du Conseil de l'Union Européenne. Quelle honte Macron », écrit-il sur Twitter.