Arrivé à Montréal en 2019 dans le cadre du travail, un couple originaire d’Algérie attend toujours qu’une résidence permanente lui soit délivrée par Immigration Canada. Une longue attente qui a poussé le couple en question à saisir la justice canadienne.

Des milliers d’immigrants dont des Algériens sélectionnés par le Québec dans le cadre d’un contrat de travail sont toujours dans le flou. En date du 3 janvier 2022, il y avait 48 600 personnes en attente de la résidence permanente au niveau d’Immigration, Réfugiés et citoyenneté Canada dans le cadre de la catégorie des travailleurs qualifiés, a indiqué le gouvernement du Québec à Radio-Canada.

Un couple d’Algériens attend depuis près de 3 ans une résidence permanente au Canada

C’est le cas pour Nidhal Chaabena et Amira Meslem, un couple d’Algériens partis depuis près de 3 ans au Québec dans le cadre de l’immigration du travail, et qui n’ont toujours pas reçu une résidence permanente. Selon Immigration Canada, les travailleurs qualifiés déjà sélectionnés par le Québec doivent patienter 28 mois avant d’obtenir leur résidence permanente.

Mais pour ce couple, qui attend depuis 32 mois, le délai est largement dépassé. Une situation qui a incité Amira Meslem et Nidhal Chaadena à déposer une requête devant la Cour fédérale contre Immigration Canada, rapporte ce lundi 14 février Radio Canada.

À lire aussi :  En Kabylie, l'arbitrage d'un tournoi de football par des femmes fait polémique

«Aucun agent n’a été inscrit à notre dossier. On ne sait rien, on n’a aucune explication », déplore Amira Meslem, architecte de formation. Cette dernière qui doit accoucher dans les prochaines semaines d’un petit garçon a vu sa grossesse se transformer en une constante angoisse.

Son permis de travail ayant expiré et en l'absence d'une résidence permanente, elle perd ainsi sa couverture du régime d’assurance maladie du Québec. « L’accouchement pourrait me coûter plusieurs dizaines de milliers de dollars. Je ne sais pas quoi faire, je ne pourrai pas payer », s’inquiète-t-elle.

Le couple algérien a décidé d’attaquer en justice Immigration Canada

« Sans la résidence permanente, on est vraiment bloqués. On se voit comme des citoyens de seconde zone », lâche la future maman. « On aimerait acheter une maison, lancer une entreprise, mais on ne peut pas. On ne peut pas non plus voyager, voir notre famille, car on a trop peur de ne pas pouvoir revenir au Canada », ajoute-t-elle pleine d’amertume.

En décidant de saisir la justice, le couple d’Algériens espère voir les choses bouger du côté d’Immigration Canada. « On souhaite que le tribunal force le ministère à répondre », explique leur avocat, Guillaume Cliche-Rivard. « L’immigration n’est pas supposée être une loterie. C’est un processus administratif légal. Cette attente, ça suffit. Ça n’a plus de bon sens », ajoute l’avocat du couple.

À lire aussi :  Le nombre de migrants clandestins vers l'Europe en forte hausse

Aux yeux de cet homme de loi, le délai d’attente du couple d’Algériens est devenu « déraisonnables ». Selon lui, Nidhal et Amira « ont fait tout ce qu’ils avaient à faire. Ce sont des candidats modèles, ils travaillent, vont fonder une famille normalement une résidence permanente apporte de la joie, c’est la consécration », explique-t-il. « Mais maintenant, pour les immigrants, c’est un processus anxiogène et Immigration Canada ne fait rien », déplore Guillaume Cliche-Rivard.