Au centre de tensions diplomatique entre le Maroc et l'Espagne, la question de l’immigration clandestine à partir de l'enclave espagnole de Melilla est revenue à l'ordre du jour. En effet, le mercredi 2 mars cette frontière a été prise d’assaut par des centaines de migrants. Pour mettre fin à ce qui est considéré par les Espagnoles comme des tentatives « d'invasion », les autorités espagnoles ont décidé de renforcer les frontières entre Melilla et le Maroc.

C'est ce qu'a annoncé le ministre de l’Intérieur espagnol, Fernando Grande-Malaska, lors de sa visite à Melilla. Le ministre a affirmé que les travaux en cours pour renforcer la clôture de la frontière avec le Maroc seront achevés dans les trois prochains mois. Il a indiqué que pour ce mur ,il ne reste qu’une petite zone de la clôture à renforcer « Nous ne partons pas de zéro, car les années précédentes nous avons déjà fait un investissement important pour renforcer la frontière à Melilla et Ceuta », a-t-il affirmé.

Renforcement de la présence de la Garde Civile espagnole à la frontière entre le Maroc et Melilla

Fernando Grande-Marlaska Gómez, en visite d'urgence de l'enclave espagnole, a affirmé que son gouvernement a pris d'autres dispositions pour faire face au phénomène d'immigration clandestine. Il a souligné un renforcement du nombre d'agents déployés aux frontières. Deux unités complémentaires de 50 agents des forces de sécurité de la Garde civile ont été transférées à Melilla, ainsi que 41 agents de l’Unité d’intervention policière de la police nationale. C'est ainsi que les autorités espagnoles ont répondu aux assauts de ces derniers jours, a affirmé  Grande-Marlaska, qui a profité de l'occasion pour  souhaiter un prompt rétablissement aux 47 gardes civils et aux trois policiers nationaux blessés lors des derniers assauts.

Il faut rappeler que Melilla et l'autre enclave espagnole de Ceuta font régulièrement l'objet de tentatives de traversée de la part de migrants clandestins cherchant à rejoindre l'Europe. Durant l’année 2021, ils étaient 1 092 migrants à entrer à Melilla, soit à peine plus du double du nombre de personnes entrées en une seule journée, le mercredi 2 mars 2022, d'après les chiffres du ministère espagnol de l'Intérieur. Ces tentatives d'immigration ont été à l'origine d'une grave crise diplomatique entre le Maroc et l'Espagne. Le royaume ibérique avait affirmé que le Maroc utilisait cette migration comme du chantage pour peser sur les positions de l'Espagne concernant des questions régionales.