Un Algérien impliqué dans le braquage d'un fourgons blindé, survenu en 2019 en Suisse, a été lourdement condamné par la justice helvétique lors de son procès qui s'est tenu le 11 mars dernier en Lausanne.

Cet Algérien, âgé de 44 ans et qui s’est rendu en Suisse depuis la ville française de Lyon, est reconnu coupable d’avoir participé en compagnie d’un commando de plusieurs individus au braquage d'un fourgon blindé en 2019. Un butin de 20 à 25 millions de francs suisses avait été emporté et n’a toujours pas été retrouvé, rapportent les médias suisses.

Les faits remontent à la nuit du 20 juin 2019, lorsqu'un commando composé d’une dizaine d’individus armés et cagoulés a braqué un fourgon blindé dans la zone industrielle du Mont. Sous les menaces de leurs armes, les braqueurs – parmi lesquels figure cet Algérien – ont contraint les convoyeurs à s’arrêter. Les voleurs ont réussi à s'emparer d'une partie de l'argent et ont mis le feu à des véhicules avant de s'enfuir.

Le ressortissant Algérien, qui s’est enfui en Espagne juste après le braquage, a été arrêté 10 jours plus tard par la police dans un hôpital à Alicante. Il s’est rendu dans cet établissement pour se soigner de brûlures qu'il avait subies à la suite d'un incendie ayant suivi le braquage.

Le ressortissant algérien condamné à 11 années de prison ferme

Le procès de cet Algérien, membre du commando ayant commis l’attaque contre le convoi de fonds en 2019, a eu lieu le vendredi 11 mars 2022 devant le tribunal de Lausanne en Suisse. Devant les juge, l’Algérien, qui a déjà purgé une peine de près de 3 ans de détention provisoire, a tenu à minimiser son rôle dans cette affaire en affirmant qu’il « était appelé à la dernière minute pour assurer le rôle de chauffeur ».

Mais face aux « preuves » de son implication, lui qui avait déjà participé à un autre braquage en 2002 en France et pour lequel il était condamné à 12 ans de prison, les juges du tribunal de Lausanne ont décidé d’infliger au ressortissant algérien une peine de 11 ans de prison ferme, assortie d’une interdiction du territoire suisse pour 15 ans.