Les événements s’accélèrent en ce qui concerne la question du Sahara occidental. L’Espagne a annoncé son soutien à la solution marocaine et a décidé d’abandonner sa position de neutralité dans cette question de décolonisation. Cette nouvelle position a reçu le soutien de la Commission européenne.

En effet, réagissant à la nouvelle position de l'Espagne, Nabila Massrali, porte-parole du chef de la politique étrangère de l’UE Josep Borrell, a déclaré que « l’Union européenne salue toute évolution positive […] entre ses États membres et le Maroc dans leurs relations bilatérales, qui ne peut qu’être bénéfique pour la mise en œuvre du partenariat euro-marocain ».

Cependant elle a essayé de relativiser ses propos en ajoutant que l’UE réaffirme son soutien aux efforts du secrétaire général de l’ONU pour une « solution politique juste, réaliste, pragmatique, durable et mutuellement acceptable à la question du Sahara occidental ». Ainsi, l'Union européenne emboîte le pas à l'Espagne et valide les thèses marocaines sur le Sahara occidental, un territoire classé comme non autonome par les Nations Unies.

En choisissant de soutenir la proposition marocaine, l'Union européenne tourne le dos au plan onusien du règlement du conflit. L'UE prend ainsi le risque de compliquer ses relations avec l’Algérie et le Polisario. Avec ce parti pris en faveur du Maroc, l'Europe retarde la résolution d'un conflit pris en charge par l'ONU étant donné que la proposition marocaine est rejetée par le Polisario, qui continue de revendiquer un référendum sur l’autodétermination du Sahara occidental.

À lire aussi :  Le Maroc a humilié l'Espagne, selon un ancien premier ministre espagnol

Les déclarations de la porte-parole du chef de la politique étrangère de l’UE interviennent après celles du porte-parole de l'ONU Stéphane Dujarric, qui a exhorté toutes les parties à soutenir les efforts de l'envoyé personnel pour le Sahara « visant à reprendre le processus politique » de négociation entre les parties au conflit. Interrogé par l'agence de presse Espagnole EFE, Stéphane Dujarric a rappelé que le conflit au Sahara occidental doit être résolu dans le cadre des résolutions de l'ONU.