À 3 jours du début du ramadan, les prix des produits alimentaires continuent à flamber en Algérie. Le pouvoir d'achat sera durement impacté et son érosion met les Algériens dans une situation financière difficile, surtout lors de ce mois connu pour l'explosion de la consommation. Cette flambée des prix n'est pas seulement liée à la situation du pays, mais également le résultat de l'inflation mondiale en hausse en raison de la guerre en Ukraine.

Les prix des produits alimentaires flambent en Algérie à l'approche du ramadan

Ainsi, les Algériens devront payer les produits alimentaires plus chers pendant le mois de ramadan. Les prix des fruits et légumes, des viandes et d’autres produits fortement sollicités durant le mois de jeûne ont sensiblement augmenté. À titre illustratif, ce mercredi 30 mars, les prix des légumes ont augmenté ; la courgette est cédée à 130 dinars le kilogramme, la tomate à près de 150 dinars et les carottes à 100 dinars.

Concernant les fruits, ils ont atteint des prix exorbitants. Ils seront hors d'atteinte des bourses moyennes. La banane est vendue en moyenne à 500 dinars le kg. Les pommes produites localement sont vendues à 400 dinars et les oranges, qui sont pourtant de saison, ont atteint les 200 dinars. Les fraises sont vendues à plus de 250 dinars. Concernant les dattes, très demandées lors du ramadan, elles sont cédées à 600 dinars et cela concerne le dernier choix.

Par ailleurs, le prix des viandes rouges ont également connu une hausse considérable. La viande ovine est vendue entre 1200 et 1400 dinars le kilogramme. La viande bovine est cédée entre 1600 et 1900 dinars. Quant au poulet, il a atteint près de 400 dinars le kg, alors qu’il était cédé à près de 300 dinars il y a deux semaines à peine.

Coup dur pour le travailleur algérien, qui voit son pouvoir d'achat baisser davantage

Il faut dire que la hausse des prix est un coup dur pour les travailleurs algériens, dont les salaires restent très faibles. Ils devront encore serrer la ceinture pour ce mois de ramadan. Cette hausse est le résultat de la tendance inflationniste en Algérie. Le pays subit les conséquences de la Guerre en Ukraine, qui a impacté les prix sur les marchés mondiaux et qui a également produit une tension sur les produits de base et des inquiétudes grandissantes sur l’approvisionnement mondial.

Dans ce contexte, l’inflation mondiale a accéléré plus que prévu sur un an, favorisée essentiellement par des variations haussières constatées sur les courbes des biens alimentaires industriels, selon les données actualisées publiées par l'Office national des statistiques (ONS).