À quelques jours de l'élection présidentielle en France, le candidat du parti la Reconquête, Éric Zemmour, continue sur sa ligne hostile aux musulmans. Ce mercredi 30 mars , le candidat de l'extrême droite a répondu au fondateur de BarakaCity, Idriss Sihamedi, qui a proposé d'organiser le départ des musulmans de France en cas de victoire d'Éric Zemmour. Le candidat de Reconquête a affirmé être en accord avec la proposition de l'islamiste qui – pour lui – « dit la vérité ».

Donné en 4e position par les sondages, Éric Zemmour ne désespère pas de créer la surprise. Il continue à surfer sur ses sujets de présélection. Invité de BFM TV, Zemmour a réagi à la proposition d'Idriss Sihamedi, fondateur de l'ONG BarakaCity, dissoute par le gouvernement. Ce dernier avait offert d'organiser le départ des musulmans de France en cas d'élection du candidat de l’extrême droite.

Zemmour a réaffirmé ses positions, déclarant : « si des musulmans ne veulent pas se détacher d’une pratique rigoriste de l’islam […] dans ce cas-là, il faut qu’ils partent ». Le candidat du parti la Reconquête, fidèle à sa vision, explique qu'« il y a dans l'islam une volonté de régenter toute la vie des individus qui est contradictoire avec la civilisation française. C’est une autre civilisation, d’autres mœurs ». « L’islam est incompatible avec la France », assène-t-il, tout en affirmant que cela ne concerne pas les «  musulmans qui se détachent d’une pratique rigoriste de l’islam et qui s’assimilent à la France ».

Éric Zemmour se saisie de la perche tendue par  l'islamiste

Ainsi, Éric Zemmour se saisie de la perche que lui a tendue le fondateur de l'ONG BarakaCity, Idriss Sihamedi. Ce dernier avait écrit dans un tweet : « qu'il nous laisse créer une organisation indépendante nous permettant de dégager librement de ce pays en faillite et en pleine crise économique ». « La France a ses valeurs nous avons les nôtres. Toutes les interdictions visant les musulmans ne permettent plus de vivre une foi en sécurité. Nous sommes arrivé à un point de non retour. Il faudra tôt ou tard trouver une solution claire à ceux qui refusent l'assimilation », a t-il ajouté.

Nous assistons ainsi à une confrontation de deux extrémistes, déjà condamnés par la justice française pour « provocation à la discrimination et à la haine religieuse » pour Eric Zemmour et « justification des actes terroristes » pour Idriss Sihamedi.