L'arbitre gambien Bakary Gassama, qui a officié le match Algérie-Cameroun, continue à occuper le débat public, notamment du côté des médias et des supporters algériens. Cette fois, c'est le média algérien Compétition qui a fait parler un ancien arbitre de renom dont le nom a toujours été associé au professionnalisme et à la compétence.

En effet, Pierluigi Collina, célébrissime ancien arbitre italien et président de la Commission d'arbitrage de la FIFA, était vendredi à Doha pour assister au tirage au sort du mondial. Et pour les deux représentants de la Fédération algérienne de football, l'occasion était bonne pour discuter avec le célèbre referee de la prestation de Bakary Gassama.

Selon le compte rendu du quotidien spécialisé Compétition, Pierluigi Collina s'est préparé à l'audience demandée par les deux membres de la FAF, en l'occurrence Mounir Debichi, secrétaire général de l'Instance footballistique nationale et Rachid Oukali, membre du bureau fédéral. Quand il a rencontre les deux Algériens, l'ex-arbitre italien était en possession des images de toutes les actions litigieuses du match Algérie-Cameroun qui a eu lieu à Blida et qui s'est soldé par l'élimination de l'équipe d'Algérie par deux buts à un.

Deux responsables de la FAF rencontrent Pierluigi Collina

Pour Debichi et Oukali, il s'agissait surtout d'avoir une idée de la réponse que donnerait la FIFA au recours de la FAF. Les éclaircissements de Pierluigi Collina doivent être très instructifs, de l'avis des deux responsables de la Fédération algérienne. D'autant plus que l'ancien referee était connu pour être un symbole de l'impartialité.

À lire aussi :  Belmadi, Mahrez, Slimani... : Quand l'arrogance devient la norme

Pierluigi Collina s'exprime sur le but d'Islam Slimani

Donc, sur l'action de but d'Islam Slimani que l'arbitre gambien avait refusé, Pierluigi Collina a confirmé la main de l'attaquant algérien. Sur cette action, Bakary Gassama avait raison de refuser le but, pense-t-il, commentant aussi la réclamation par le même Slimani d'un penalty. Collina ne discute pas vraiment l'action en question, mais ne manquera pas de s'en prendre aux arbitres de la VAR qui n'ont pas intervenu sur l'action, quand Gassama n'a pas sifflé la faute.

Jusque-là, Collina s'est mis plutôt du côté de l'arbitre gambien dans cette histoire du match Algérie-Cameroun. Pour lui, sur ces actions litigieuses, le referee gambien n'a pas vraiment commis des fautes.

Collina critique la réalisation de la télévision algérienne

Sur l'action du premier but camerounais, il aura un avis plus mitigé. Quand un attaquant camerounais a poussé fortement le défenseur algérien Aïssa Mandi, durant l'action du but, on avait à faire à une action litigieuse, estime Pierluigi Collina.

Il précise cependant que l'action n'était pas assez claire pour juger Bakary Gassama. Et même la VAR n'aurait pas pu trancher sur la question, et ce, en raison d'une « mauvaise réalisation » ou un « mauvais replay » [source]. Selon les explications de Collina, la Télévision algérienne n'a pas déployé assez de caméras pour réussir la mission de la VAR. Pas assez de caméras pour dominer tous les angles de la pelouse du stade Mustapha Tchaker de Blida où a eu lieu l'empoignade. Histoire d'offrir des images d'actions de tous les coins du stade.

À lire aussi :  Mondial 2022 : Rabah Saâdane revient sur l'élimination de l’Algérie

En tout, ce qu'il ressort de cette rencontre entre les deux responsables de la FAF et le président de la Commission d'arbitrage de la FIFA, c'est l'espoir de faire rejouer le match qui se dissipe. Les Algériens, traumatisés par cette élimination, devraient se rendre à l'évidence et accepter le sort des Fennecs dans cette compétition sportive. Quant à l'arbitre gambien, il doit attendre le rapport du contrôleur pour être fixé sur son sort, notamment son rêve de figurer parmi les arbitres de la Coupe du Monde 2022 au Qatar.