À quelques jours du 2e tour des élections présidentielles en France, plusieurs politiciens français s’activent pour dynamiser les relation franco-marocaine, qui ont connu un certain froid pendant le premier quinquennat d'Emmanuel Macron. Ces « amis du Maroc », connus pour leurs lobbying en faveur du Royaume, entourent principalement le président actuel et sont présents dans les rouages de l'État, à l'image du ministre de la Justice, ancien avocat de Mohammed VI Éric Dupond-Moretti. Les amis du Maroc sont aussi présents dans les partis d'opposition, comme la maire du VIIe arrondissement de Paris, Rachida Dati, engagée aux côtés de la candidate LR Valérie Pécresse lors du premier tour, s'est exprimée sur l'intérêt de la France à se rapprocher du Maroc.

Ainsi, cette ancienne ministre de la Justice a plaidé pour l’amélioration des relations avec le Maroc. Dans un entretien accordé au journal L'Économiste et en réponse à la question de savoir ce que peut espérer le Maroc de ces élections en termes de réchauffement des relations diplomatiques, la maire a répondu qu’elle travaille énormément dans ce sens et que le Maroc reste un partenaire stratégique non seulement pour la France, mais également pour l’Union européenne.

Rachida Dati a souligné son engagement en faveur du Maroc. Elle a déclaré : « aujourd’hui, même dans mes fonctions dans mon parti politique, mais même avec Emmanuel Macron, nous avons des échanges sur le Maroc. On se parle. Je porte aussi les préoccupations et les attentes du Maroc. Je me dis franchement (et très directement) : qui se fâche avec le Maroc et qui peut se fâcher avec le Maroc ? Se fâcher avec le Maroc, ça paraît improbable. C’est important que la France puisse être aux côtés du Maroc comme le Maroc est aux côtés de la France ».

L'ancienne Garde des Sceaux, qui ne cache pas ses ambitions d’être à la tête des Républicains, s'est ralliée à Emmanuel Macron pour faire barrage à Marine Le Pen. Elle compte ainsi peser dans ces élections pour réélire le président actuel, mais également pour se positionner à l'approche des législatives. Elle fait partie des amis du Maroc et compte travailler en sa faveur après ces élections.