À quatre jours avant l'examen par la FIFA du recours de l'Algérie concernant le match du 29 mars entre l'équipe d'Algérie et celle du Cameroun, les espoirs des Algériens, notamment les fans les plus passionnés, s'amenuisent. Ces derniers cherchent alors à comprendre les scénarios possibles qui pourraient découler des décisions de la FIFA.

Persuadés que l'arbitrage du Gambien Bakary Gassama a faussé le résultat de cette rencontre cruciale, qui s'est achevée sur le score de 2 buts à 1 en faveur des Lions indomptables, les Algériens, par le biais de la FAF, ont introduit un recours auprès de la FIFA avec l'espoir de faire rejouer le match. Beaucoup de supporters de l'équipe nationale algérienne attendent cette date du 21 avril la peur au ventre, alors que d'autres ont cessé d'espérer et ont digéré la défaite amère des Fennecs.

En attendant cette date fatidique du 21 avril, l'examen et ensuite la décision définitive de la FIFA, quelles pourraient être les réponses possibles de l'instance présidée par Gianni Infantino ? Il faut d'abord savoir que la FIFA ne prendra aucune décision sans une preuve irréfutable. L'instance mondiale en charge du football pourra donner quatre réponses possibles au recours de la FAF.

L'arbitre peut être sanctionné. Mais quel effet sur le match Algérie-Cameroun ?

Pour la première réponse possible, il s'agit pour la FIFA de ne trouver aucune preuve suffisante contre l'arbitre Gassama et de ne voir aucune volonté manifeste dans ses actions controversées. Ses actions seront considérées comme des erreurs d'appréciation susceptibles de lui causer du tort. Dans ce cas de figure, le referee gambien pourrait être sanctionné, mais le Cameroun ne sera pas mis en cause, ni sa qualification d'ailleurs.

À lire aussi :  L'Olympique de Marseille attentif à la situation d'Islam Slimani

Dans le second cas de figure, les erreurs d'arbitrage de Bakary Gassama sont jugées décisives. Des erreurs qui ont faussé le résultat de la rencontre. Si c'est considéré ainsi, après examen du match, des conditions d'arbitrage et de l'attitudes des arbitres, la FIFA pourrait décider de faire rejouer le match. La place en coupe du monde sera, de ce fait, remise en jeu.

En outre, il y a une 3e possibilité pour la commission de recours de la FIFA. Si cette dernière établit des soupçons sur l'arbitre, comme en 2017 lors d'un match entre le Sénégal et l'Afrique du Sud. Dans ce cas, l'arbitre va sûrement être sanctionné de façon sévère, notamment par une radiation à vie du milieu du football, comme cela a été le cas, il y a 5 ans. Et comme en 2017, le match Algérie-Cameroun sera rejoué.

Pour ce qui de la 4e et dernière réponse possible au recours de la FAF, la FIFA devrait découvrir une corruption concernant l'arbitrage en général. C'est-à-dire que les soupçons ne concernent pas uniquement l'arbitre, mais aussi d'autres parties, et dans ce cas, c'est de l'implication des dirigeants officiels du Cameroun et du football camerounais qu'il s'agirait. Dans ce cas, la FIFA prononcerait carrément la disqualification des Lions indomptables et la qualification de l'équipe d'Algérie.