Premiers résultats des élections présidentielles : Macron élu pour les 5 prochaines années

Quinze jour après que les Français aient choisi Marine Le Pen et Emmanuel Macron pour le second tour des élections présidentielles, le peuple est à nouveau appelé aux urnes ; cette fois pour élire le prochain président de la France pour les 5 années à venir.

Ces quinze derniers jours ont été, pour certains, l'occasion de convaincre les Français qui sont restés indécis lors du premier scrutin ou qui ont voté pour un candidat malheureux comme Jean-Luc Mélenchon ou Éric Zemmour. Pour d'autres, cette quinzaine a surtout servi à mobiliser l'électorat français pour « faire barrage », une notion que l'on doit d'ailleurs à la politique française et qui est bien rôdée depuis 2002.

Ainsi, personnalités, sportifs, influenceurs et même médias d'informations ont pris position et ont appelé leurs fans, leur public ou leur audience à faire barrage à la « haine » et à l'« extrême droite ». Le journal de gauche Libé titrait, le vendredi, « Contre l'extrême droite, votons », avec une image de bulletin de vote Emmanuel Macron glissé dans l'urne. Charlie Hebdo, pour sa part, demandait aux Français s'il « faut vraiment [leur] faire un dessin ».

Politique Entrée sans visa à Ceuta pour les Marocains ?

Commentant les premiers résultats dans les départements d'outre-mer, qui donnent Marine Le Pen victorieuse, des médias se demandent même si ces sociétés qui vivent loin de la métropole ont « perdu [leur] boussole ». Une situation qui a donc polarisé la scène médiatique, jusqu'à donner lieu à des dérives, comme l'affaire de cette ancienne Miss France écarté de l'émission dont elle était chroniqueuse pour avoir soutenu Marine Le Pen. Un deux poids deux mesures, donc, dont les Français ont désormais l'habitude et qu'ils acceptent, pour la « bonne cause ».

Barrage, donc, mais abstention aussi. En effet, les Français mécontents d'avoir le choix entre réélire un président qui a pendant 5 ans montré ce dont il était capable et… Marine Le Pen ont semble-t-il choisi l'abstention. Cette dernière atteint un taux qui n'a été égalé qu'en 2002, lors du « barrage » à Jean-Marie Le Pen, qui s'était retrouvé face à Jaques Chirac. En effet, le taux d'abstention atteint 28 % cette après-midi, d'après les sondages révélés par les médias belges.

Toujours selon les médias belges, qui ne sont pas soumis aux même restrictions que leurs homologues français durant la journée du vote, Marine Le Pen s'inclinerait une deuxième fois face à Emmanuel Macron, qui emporterait ce suffrage avec 55 à 58 % des voix. La candidate du Rassemblement national n'aurait donc récolté que 42 à 45 % des suffrages.


Vous aimez cet article ? Partagez !