Sans surprise, les Français ont choisi l'actuel président Emmanuel Macron et Marine Le Pen pour s'affronter au deuxième tour de l'élection présidentielle. Cependant, ce premier tour a vu une montée spectaculaire du candidat du Front populaire Jean-Luc Mélenchon. Arrivé à la troisième place de ce scrutin, le candidat de l’extrême gauche, même s'il est éliminé de la course à l’Élysée, aura son mot à dire. D'ailleurs, les observateurs se demandent si Mélenchon détient les clés de cette présidentielle ?

En effet, pour anticiper les résultats de cette élection, il est important de savoir pour qui voteront les électeurs de Jean-Luc Mélenchon. Ces derniers représentent un grand réservoir de voix qui pourra faire basculer le deuxième tour pour l'un ou l'autre des deux candidats qualifiés.

Ainsi, ce 24 avril, comme en 2017, Emmanuel Macron et Marine Le Pen ont fini en tête du premier tour. Pour se faire élire, ils devront convaincre les électeurs qui ont voté pour les autres candidats. Parmi ces électeurs déçus, une grande partie avait choisi Jean-Luc Mélenchon. Cette situation oblige les deux candidats à essayer de les convaincre.

Actuellement et selon une première enquête Ipsos Sopra Steria pour Le Parisien, France Info et Radio France, réalisée dimanche soir, les électeurs de Jean-Luc Mélenchon sont bien plus partagés : 34 % disent vouloir voter Macron, 30 % misent sur Le Pen, et 36 % ne répondent ni l’un ni l’autre (abstentionnistes, hésitants, etc.). Cependant cette enquête a été faite avant l’appel du candidat du Front populaire à « ne pas donner une seule voix à Madame Le Pen », lancé (à trois reprises) à ses partisans. Il faut dire également que l'électorat de Mélenchon et celui de Le Pen se rejoignent sur plusieurs thématiques à savoir le pouvoir d’achat et le rejet du système. Cependant, en ce qui concerne l'immigration et la place de l'islam, ils sont aux antipodes.

Jean-Luc Mélenchon arbitre du deuxième tour des présidentielles

La candidate du rassemblement national n'a pas perdu de temps pour s'adresser à cet électorat. Dans son discours, après sa qualification, elle a pris un grand virage à gauche. « De votre vote dépend également la place dans la société que nous voulons donner aux personnes face au pouvoir de l'argent » , « la solidarité envers les plus vulnérables, la possibilité de jouir de droits garantis, ou d'accéder à la retraite en bonne santé » ont fait partie de son allocution, qui indique clairement qu'elle s'adresse à la frange de l'électorat de Mélenchon qui a voté pour lui pour cette thématique.

D'un autre côté il faut s'attendre à une offensive du président actuel pour séduire l'électorat de Mélenchon. Emmanuel Macron devra donc, lui aussi, faire un virage à gauche et aussi s'approcher du candidat du Front populaire pour assurer sa réélection. Jean-Luc Mélenchon sera donc, malgré lui, l'un des arbitres du deuxième tour. Reste à savoir le degré de son implication et les conditions qu'il imposera à Emmanuel Macron pour faire pencher son électorat pour lui, même si, bien entendu, il ne pourra pas diriger tout cet électorat.