Sans surprise, Emmanuel Macron a été élu pour un nouveau quinquennat. Cette élection n'a pas été de tout repos pour le président sortant, qui a fait le pire score contre l'extrême droite de l'histoire de la Ve République. Les élections présidentielles terminées, les personnalités et les partis politiques français préparent ce qu'ils appellent le « troisième tour ». Des élections législatives que les perdants de cette élection veulent gagner pour ne pas donner les pleins pouvoirs au président Macron.

Pour cette échancre importante, trois blocs se distinguent. À gauche avec Mélenchon, au centre avec Emmanuel Macron, qui rassemble les militants LREM et des centristes, et à droite avec Marine Le Pen et Éric Zemmour. Ce changement du paysage politique français est aussi affecté par la raclée qu'ont reçu les partis traditionnels de gauche (PS) et de droite (LR).

Ainsi, au vu des résultats de ces élections, les déçus du premier tour se préparent à envahir l'Assemblée populaire. Pour s'assurer d'une présence significative, Éric Zemmour fait des pieds et des mains pour s'allier avec le Rassemblement national. Ce 25 avril, il a encore une fois appelé à une alliance avec Marine Le Pen : « Marine Le Pen, en acceptant la main que je vous tends, vous avez l'occasion de mettre fin au cordon sanitaire qui stérilise les chances du camp national depuis 40 ans. Saisissez-la, pas pour nous, pour la France. Faisons-le. Ensemble », a t-il écrit.

De son côté , la deuxième personnalité du parti Reconquête, Marion Maréchal, a incité une nouvelle fois les divers partis de droite à unir leurs forces en vue des législatives. « Nous avons une immense responsabilité : construire une union nationale avec Reconquête !, le RN, DLF et les LR patriotes pour que le camp national puisse être le 1er bloc devant le bloc macroniste et le bloc mélenchoniste à l'Assemblée nationale. Il en va de la survie de la France ! » a t-elle martelé.

À lire aussi :  Réduction du nombre visas pour les Algériens : Un député français s’insurge

Marine Le Pen veut faire cavalier seule

Cependant, ces appels au Rassemblement national n'ont pas trouvé écho. Le RN s’est félicité de son score et appelle désormais les électeurs à élire des députés de son parti aux législatives. Marine Le Pen n'envisagerait donc pas, du moins pas à ce stade, de s'allier à Reconquête pour ces législatives.

« Je ne vois pas comment il pourrait y avoir une alliance en bonne et due forme avec Reconquête ! Aujourd’hui, vu la manière dont Éric Zemmour a traité le problème », a réagi Louis Aliot, maire de Perpignan (Pyrénées-Orientales) ce lundi sur France Inter. Cependant, il a nuancé ses propos en ajoutant qu'« Il y a des circonscriptions où c’est à étudier ».

Jean-Luc Mélenchon aux aguets

Par ailleurs, du côté de la gauche, Jean-Luc Mélenchon ne cache pas ses ambitions de devenir Premier ministre. Il a appelé les Français à l'élire pour que ce nouveau quinquennat ne soit pas un remake du premier avec tous les pouvoirs aux mains du président Macron.

Donc Jean-Luc Mélenchon veut rassembler la gauche sur la base de son programme, qu'il est prêt à aménager pour que les différentes sensibilités se sentent représentées. Il faut dire que ces législatives seront un vrai test pour Emmanuel Macron et sa majorité… une majorité qu'il risque de perdre.