Le ministre des affaires étrangères russe a remis une invitation de la part du président russe Vladimir Poutine au chef de l'État Abdelmadjid Tebboune, pour se rendre à Moscou. Sergueï Lavrov, en visite officielle en Algérie ce mardi 10 mai s'est exprimé lors d'une conférence de presse après son entretien avec le ministre algérien des Affaires étrangères Ramtane Lamamra.

Le ministre des Affaires étrangères a déclaré, lors de ce point de presse, que « sur la base de notre souci de développer les relations dans le domaine politique, ainsi que la coopération commerciale et économique, militaire, artistique, culturelle et humanitaire, nous avons assuré le président Tebboune de l’invitation du président russe Vladimir Poutine à effectuer une visite à Moscou ».

Lors  de cette visite, Sergueï Lavrov s'est exprimé sur les relations bilatérales. « Nous avons noté notre satisfaction quant au développement de nos relations bilatérales, le volume des échanges commerciaux au cours de l’année écoulée ayant triplé. Nous avons des opportunités d’atteindre des horizons plus larges que cela », a indiqué le ministre russe. Pour l'avenir de ces relations, le ministre a souligné qu'il « y a un intérêt de la part des entreprises russes à développer leurs relations avec des partenaires algériens dans divers domaines. Y compris l’énergie, l’exploitation minière, l’exploration et la pharmacie ». Il a annoncé que « toutes ces questions seront au cœur des prochaines discussions du Comité intergouvernemental de coopération commerciale, économique, scientifique et technique, qui se tiendra prochainement en Algérie ».

La Russie salue la position de l’Algérie

Il faut dire également que cette visite a eu lieu dans un contexte de guerre en Ukraine. En effet, la Russie a envahi l'Ukraine et rentre dans un conflit qui s'enlise de plus en plus. Le ministre des Affaires étrangères a profité de sa visite pour saluer la position de l’Algérie par rapport à ce conflit. Cependant, il faut signaler qu'en raison de ce conflit, la pression mondiale sur les énergies est en nette hausse. Cette pression a fait exploser les prix du pétrole et du gaz, dont l’Algérie et la Russie sont parmi les plus grands producteurs.

Il faut aussi dire que depuis le début du conflit, les pays membres de l'OTAN ont décidé de sanctions contre la Russie. Ces pays réfléchissent également à diminuer leur dépendance au gaz russe. Pour y arriver, plusieurs pays occidentaux ont donc sollicité l’Algérie pour augmenter ses livraisons de gaz. Ainsi, ce conflit se présente comme une opportunité pour le pays afin de renforcer ses parts dans le marché européen.