L'Affaire du match Algérie-Cameroun traine encore. Alors que tout le monde croyait que la dernière réponse de la FIFA allait clore le dossier, un nouveau communiqué publié ce samedi par la FAF est venu apporter de nouveaux éléments.

48 heures après le match Algérie-Cameroun, disputé le 29 mars dernier à Blida, la Fédération algérienne de football avait introduit un recours auprès la FIFA au sujet de l'arbitrage de ce match. La FAF avait tenu à contester les décisions de l'arbitre gambien Bakary Gassama. Un arbitre qui aurait influé, selon la FAF, sur le résultat de le rencontre.

Il aura fallu attendre plus d'un mois pour voir enfin la FIFA, par le biais de sa Commission d'arbitrage, répondre à la réclamation de la FAF. C'était le 6 mai 2022, lorsque la Fédération algérienne de football a été destinataire d'un courriel de la Commission des arbitres de la FIFA. Une réponse laconique et ambigüe publiée sur le site de la FAF et qui ne répond malheureusement pas aux questions posées par les supporters algériens concernant le verdict de la FIFA sur le match Algérie-Cameroun.

La FAF s'explique à nouveau sur l'affaire du match Algérie-Cameroun

Face aux questionnements des supporters, une source de la FIFA a confié quelques heures plus à la l'AFP que le dossier Algérie-Cameroun est « clos ». Toutefois face au silence de la FAF qui n'a pas daigné apporter la moindre explication sur le communiqué flou publié le 6 mai sur son site, les avis sont restés partagés entre ceux qui affirment que l'affaire est close et ceux qui gardent encore l'espoir de voir la FIFA, apporter de nouvelles explications.

Après un silence qui a duré plus d'une semaine, la FAF est sortie enfin de son silence ce samedi 14 mai 2022 via un long communiqué repris par de nombreux médias, au moment où le site de la FAF est resté inaccessible (le site étant généralement hors ligne). Ce communiqué est également introuvable sur les réseaux sociaux de la FAF  (Twitter et Facebook) à travers lesquels l'instance du football algérien publie régulièrement ses communiqués. Le contenu du communiqué doit donc être pris avec précaution.

À lire aussi :  Djamel Belmadi tranche sur son avenir en équipe d'Algérie

Dans ce texte, la FAF a tenu à « apporter des éclaircissements » dans  « un souci d'éclairer l'opinion sportive, en général, et les supporters de l'équipe nationale en particulier », et de « mettre un frein aux spéculations, dont certaines ont dépassé le cadre purement sportif et réglementaire, au sujet de la réclamation relative à l'arbitrage du match Algérie-Cameroun », selon la FAF.

La FAF dévoile les conclusions d'une agence d'expertise sur l'arbitrage « suspect » de Gassama

Après avoir fait un rappel détaillé de toutes les démarches qu'elle avait effectuées auprès de la FIFA dans le cadre de l'affaire du match Algérie-Cameroun, la FAF indique avoir introduit, le 4 avril 2022, « une expertise d'une agence spécialisée et réputée pour avoir collaboré avec cette même instance, mais aussi le CIO, l'UEFA et le Conseil d'Europe ». Une expertise dont la conclusion a « qualifié l'arbitrage de ce match de suspect », révèle la FAF dans son communiqué en détaillant les conclusions de l'expertise.

« Le penalty validé qui n'a pas été sifflé (Algérie), le but invalidé accepté (Cameroun) et le but validé annulé (Algérie) ont significativement influencé le match à l'avantage du Cameroun », lit-on dans le conclusion de l'expertise publiée par la FAF. « Des investigations supplémentaires seraient nécessaires pour indiquer si ce match a été intentionnellement manipulé ou pas au niveau de l'arbitrage », suggère encore la même source.

À lire aussi :  Liverpool prêt à tout pour s'offrir Ismaël Bennacer

La FIFA « n'a jamais rejeté le dossier de réclamation » introduit par la FAF

Tout en précisant que « la Commission de Discipline de la FIFA n'a jamais rejeté le dossier de réclamation » introduit par la FAF, cette dernière s'est expliqué enfin sur la réponse de la Commission d'arbitrage de la FIFA sur son recours contre l'arbitre Bakary Gassama. Il s'agit du controversé communiqué publié le vendredi 6 mai 2022 sur le site de la FAF.

« Le vendredi 6 mai 2022, la Fédération algérienne de football a été destinataire d'un courriel de la Commission des Arbitres de la FIFA […] signé par Pierluigi Collina, Président de cette Commission, et Massimo Busacca, Directeur de l'Arbitrage », écrit la FAF. Un courriel qui « ne répond aucunement aux demandes introduites dans le dossier de réclamation », ajoute la FAF.

« Là aussi, et contrairement aux fausses informations colportées par certaines parties, ce courriel ne comporte pas plusieurs pages et encore moins des réponses et explications au sujet des points soulevés dans la réclamation », précise le communiqué publié ce samedi 14 mai par la FAF. Cette dernière a d'ailleurs donné le lien du courriel de la FIFA « pour davantage de transparence le courriel de la FIFA ».

Tout en affirmant que son dossier de réclamation auprès de la FIFA est « lourd et significatif à travers les vidéos jointes et surtout l'expertise d'une agence spécialisée », la FAF a « réitéré sa demande » auprès de la Commission des arbitres de la FIFA le samedi 7 mai 2022 par courriel pour « avoir des clarifications, notamment en ce qui concerne l'arbitrage du match ». Un arbitrage qui « n'a à aucun moment été évoqué dans la réponse de la FIFA », alors que « la réclamation de la FAF fait référence à des situations jugées litigieuses et pour lesquelles l'instance fédérale aurait souhaité des réponses claires et précises », explique le communiqué.

À lire aussi :  « Ana chikour » : la célébration polémique d'Islam Slimani après son but contre la Guinée

La FAF n'a introduit que des éléments techniques sur du match Algérie-Cameroun

Dans son communiqué, la FAF a tenu aussi à expliquer que sa démarche auprès de la FIFA ne vise aucunement la Fédération camerounais de football (Fecafoot) ou sa sélection nationale. « Au-delà des faits de jeu, des erreurs qui peuvent survenir et être commises par les arbitres et les joueurs, susceptibles d'influencer le cours et/ou le résultat d'un match, la Fédération algérienne de football n'a, dans sa démarche réglementaire et bienveillante, évoqué ni l'adversaire ni toute autre partie, hormis le volet arbitrage », affirme la FAF.

« En dehors des éléments d'ordre technique en sa possession et qu'elle a introduit, dont des vidéos et le rapport d'expertise, la Fédération algérienne de football n'a jamais reçu la moindre pièce ou toute autre preuve matérielle (sous un quelconque support) d'une tierce partie afin de la verser dans son dossier de réclamation », explique le communiqué comme pour éloigner tout soupçon de corruption sur l'arbitre Bakary Gassama.

La FAF a également tenu à se démarquer de toutes les actions et autres déclarations faites par plusieurs personnes à propos de l'affaire du match Algérie-Cameroun. « La Fédération algérienne de football n'est à aucun moment responsable des déclarations et/ou publications faites par des parties tierces. Toutes ces parties qui se sont exprimées sur ce dossier endossent l'entière responsabilité de leurs déclarations, publications et élucubrations », ajoute encore la FAF.