Le chef de l'État algérien, Abdelmadjid Tebboune, a encore taclé le ministre français de l'Intérieur Gerald Darmanin sur le nombre de sans-papiers algériens se trouvant sur le territoire français. Tebboune a affirmé en marge de sa visite en Italie que le chiffre avancé par ce dernier ne reflète guère la réalité.

La guerre des chiffres entre les autorités algériennes et leurs homologues françaises concernant le nombre d'Algériens se trouvant en situation irrégulière en France a débuté à l'automne 2021. En septembre, le ministre français de l'Intérieur, Gerald Darmanin, a avancé le chiffre de 7000 Algériens vivant clandestinement en France et qui d'ailleurs faisaient, a-t-il soutenu, l'objet d'obligations de quitter le territoire français (OQTF). Un chiffre vivement contesté par le chef de l'État Abdelmadjid Tebboune, qui a accusé, le 10 octobre dernier, Darmanin de bâtir « un gros mensonge ».

Nombre d'Algériens en situation irrégulière en France : La guerre des chiffres

« Il n'y a jamais eu 7000, c'est complètement faux. La liste qui nous est parvenue en 2020 et les trois listes en 2021 comptaient 94 cas parmi lesquels 21 ont été acceptés et 16 autres rejetés. Ils ne vont pas rentrer, car ils sont liés au terrorisme. Ils sont venus de Syrie […] Il y a des binationaux qui n'ont pas de famille ici », a indiqué Tebboune lors d'une rencontre avec la presse.

Réagissant à cette sortie, l'entourage du ministre français de l'Intérieur a persisté et signé en affirmant que le nombre d'Algériens en situation irrégulière dépassait bel et bien les 7000. « La liste à laquelle le président Tebboune fait référence [correspond] aux profils ultra-prioritaires, ceux fichés pour radicalisation et qu'on considère comme les plus dangereux, qu'on veut renvoyer au plus vite », avait-on expliqué alors.

Tebboune revient à la charge et accuse

Abdelmadjid Tebboune, en visite depuis mercredi 25 mai en Italie, a contredit les autorités françaises et a taclé Gerald Darmanin sans le nommer. D'après le contenu de la déclaration, publié par l'agence de presse algérienne APS, Tebboune a rappelé lors d'une rencontre avec des représentants de la diaspora établie en Italie tenue à Rome les déclarations « d'un ministre de l'Intérieur d'un pays développé » qui prétendait que son pays accueillait 7000 migrants clandestins algériens, « alors qu'en vérité leur nombre ne dépasse pas 200 migrants ». Pour le chef de l'État algérien, ces rapports ont pour but « d'attenter à l'image de l'Algérie ». Est-ce là un retour aux tensions entre les deux pays ? Il est clair que le ministère de français l'Intérieur ne va pas avaler cette déclaration.