Un jeune sans-papiers algérien a été retrouvé pendu, dimanche 29 mai 2022, dans sa cellule à la prison de Riom sans le sud-est de la France. Cet Algérien de 26 ans visé par une obligation de quitter le territoire français (OQTF) devrait sortir de prison cet été.

Le drame des sans-papiers algériens en France et un peu partout à travers l’Europe ne connait pas de fin. Confrontés à de multiples obstacles en raison de leur situation administrative, de nombreux sans-papiers algériens sont souvent livrés à eux même. Certains d’entre eux se retrouvent en prison pour délinquance, avant de se retrouver expulsés vers leur pays.

Cette situation n’est pas seulement l’apanage des migrants algériens, puisque des dizaines de milliers de ressortissants d’autres pays se retrouvent dans les prisons françaises. Le nombre de détenus étrangers en France ne cesse d’ailleurs d’augmenter d’année en année. Leur proportion, qui était de 17,2 % du nombre total des prisonniers il y a dix ans, est aujourd’hui estimée à 25 %, selon les statistiques de l’administration pénitentiaire.

Sur les 17 198 détenus étrangers recensés en 2021 en France, 56 % sont originaires d’Afrique. La majorité d’entre eux sont d’Algérie, avec 3 472 détenus, suivis par les Marocains (2 220) et les Tunisiens (1 117), indique la même source. La majorité de ces détenus sont des sans-papiers condamnés pour de différents délits. Ils sont d’ailleurs pour la plupart visés par des obligations de quitter le territoire français (OQTF) dès leur sortie de prison.

Le jeune sans-papiers algérien était visé par une OQTF

C’est le cas avec l’histoire de ce jeune sans-papiers algérien, qui se retrouve détenu au centre pénitentiaire de Riom située dans le département du Puy-de-Dôme, en région Auvergne-Rhône-Alpes. Âgé de 26 ans, cet Algérien libérable en juillet prochain, et qui devrait être expulsé par la suite vers son pays d’origine, a été retrouvé pendu dans la matinée du dimanche 29 mai dans sa cellule. C’est ce que rapporte le quotidien régional La Montagne.

Ce sans-papiers algérien, dont l’identité n’a pas été révélée, a été retrouvé pendu avec une ceinture accrochée aux barreaux de sa cellule, précise la même source. La veille déjà, soit le samedi 28 mai, le jeune algérien avait tenté de mettre fin à ses jours en avalant des piles. Un geste de désespoir qui a valu à cet Algérien un transfert vers le CHU de Clermont-Ferrand pour une prise en charge. Il était ressorti le jour même avant de réintégrer sa cellule à la prison de Riom où il a été retrouvé pendu le lendemain matin.