La tourmente que vit la compagnie maritime nationale Algérie Ferries continue d'alimenter les débats. Les scènes de pagaille observées devant les agences de la compagnie en France et l'arrivée de deux navires quasi vides de Marseille n'atténuent pas cette tourmente. Le limogeage du PDG d'Algérie Ferries et de son chef d'escale à Alger est-il la conséquence des scènes de pagaille ou des navires vides ?

Il faut dire que le limogeage des deux hauts responsables d'Algérie Ferries, Kamel Issad et Kamel Eddalia, n'a pas été expressément motivé dans le communiqué de la présidence de la République. Ce dernier évoquait un « comportement portant atteinte à l'image de l'Algérie et préjudiciable aux intérêts des citoyens », sans donner de précisions sur ce comportement.

Entre scènes de pagaille et navires quasi vides

À la lecture de ce motif, d'aucuns ont pensé aux scènes de bousculade qui ont eu lieu devant les agences de la compagnie maritime dans différentes villes de France. Mais le site arabophone Echorouk est sorti le lendemain avec une autre explication. Celle évoquant l'arrivée depuis Marseille du navire Badji Mokhtar III avec seulement 75 passagers à bord, alors que le Danielle Casanova de Corsica Linea arrivait avec plus de 1000 passagers.

À lire aussi :  Aéroport de Paris-Charles de Gaulle : Gare aux emballeurs clandestins

Mais ce prétendu motif a mis en ébullition des employés d'Algérie Ferries qui ne comprennent pas que leur PDG soit sanctionné pour un fait dont il n'est pas responsable. Pire que cela, ils considèrent que le cas du Badji Mokhtar III et même celui du Tassili II relèvent plutôt de la responsabilité des supérieurs du PDG d'Algérie Ferries. Ce sont des propos recueillis par ObservAlgérie auprès de certains cadres de la compagnie maritime.

Deux bateaux d'Algérie Ferries quasi vide : En voici la raison

« Le Badji Mokhtar III a accosté avec 72 passagers et 34 véhicules à son bord », précise un cadre de la compagnie qui a requis l'anonymat. Pour notre interlocuteur, cela ne peut pas être une surprise, car il s'agit d'une « ligne introduite dans le système 4 ou 5 jours avant la date prévue pour le départ ».

La preuve ? Deux jours après, le même navire traversera la Méditerranée avec 640 véhicules, soutient notre interlocuteur, rappelant que les dirigeants de la compagnie ont demandé depuis longtemps l'ouverture de la vente des billets pour donner le temps aux membres de la diaspora de réserver.

Donc, dans l'esprit du cadre d'Algérie Ferries interrogé par ObservAlgérie, l'arrivée des deux navires quasi vides, le Badji Mokhtar III à Alger et le Tassili II à Skikda, ne peut pas être le motif du limogeage, sinon, ce serait un complot contre le PDG de la compagnie. « C'est la seule explication possible », affirme le même cadre qui préfère croire que le limogeage est motivé par les scènes de pagaille observées en France.

À lire aussi :  Le Portugal modifie sa loi pour faciliter l'immigration de travail

D'ailleurs, même le député de l'Émigration Abdelouhab Yagoubi, qui suit le dossier depuis le début, s'est prononcé pour défendre le désormais ex-PDG d'Algérie Ferries. « Nous avons apprécié en lui sa grande efficacité en management, une expérience réussie de commercial de prestations de services de transport et une expertise confirmée dans son domaine après des années d'activités en tant que commandant de bord », a en effet indiqué le parlementaire, qui estime que « Kamel Issad a présenté le programme des traversées en février, mais il se heurtait à la décision administrative de refuser l'ouverture des ventes ».