Les Algériens établis à l’étranger ne cessent de crier leur ras-le-bol en raison de nombreux obstacles auxquels ils font face pour retrouver le pays, notamment à l’occasion de la saison estivale. Des préoccupations que de nombreux députés à l’APN tentent de transmettre à chaque fois aux pouvoirs publics, et ce à travers des questions adressées au gouvernement, mais aussi par des interventions via les médias et les réseaux sociaux.   

Depuis la réouverture partielle des frontières aériennes et maritime en 2021, après deux années de fermetures en raison de la crise sanitaire, de nombreux Algériens de l’étranger, notamment ceux résidants en France, n’ont qu’un seul projet : prendre un billet d’avion ou de bateau à destination de l’Algérie pour y passer quelques jours en famille. Un projet malheureusement inaccessible pour de nombreux Algériens de l’étranger pour différentes raisons.

Tout d’abord une offre réduite de vols et de dessertes maritimes depuis et vers l’Algérie. Une situation qui a engendré une forte demande avec comme conséquence une hausse exorbitante des prix des billets, notamment par avion. Une hausse des prix que ne cessent de dénoncer les Algériens de l’étranger, surtout lorsqu’ils comparent les prix affichés par les compagnies étrangères desservant l’Algérie par rapport à ceux pratiqués chez les pays voisins, la Tunisie et le Maroc en l’occurrence.

À lire aussi :  Algeria Airlines : Ce qu'il faut savoir du changement de nom d'Air Algérie

Avec l’annonce par le ministère des Transports d’un nouveau programme de vols et de dessertes maritimes, en prévision de la saison estivale, de nombreux Algériens établis à l’étranger n’ont pas caché leur joie. Pour eux, ce nouveau programme va enfin répondre à leurs attentes concernant leurs voyages en Algérie pour cet été. Mais leur joie fut de courte durée en découvrant que l’offre de vols et de dessertes, notamment depuis et vers la France, est loin de leurs espérances.

« Revenir au programme des vols et de dessertes maritimes d’avant la pandémie »

Au nombre insuffisant de vols programmés pour l’été au départ de la France vers l’Algérie, les Algériens établis à l’Hexagone se sont également heurtés à l’insuffisance du nombre de dessertes maritimes programmées depuis Marseille vers les quatre ports algériens ; à savoir Alger, Oran, Annaba et Skikda. Pire encore, depuis l’ouverture des réservations, les Algériens établis en France vivent un interminable calvaire pour s’offrir un hypothétique billet avec la compagnie Algérie Ferries, en raison du nombre limité de places mises en vente.

Devant cette situation, plusieurs voix, notamment parmi les députés de l’émigration, ont appelé à une réouverture totale des frontières et un renforcement des dessertes aériennes et maritimes vers l’Algérie. Dans un entretien accordé le 25 mai dernier à la chaine Echourouk News, le député Tawfik Khedim a affirmé « la nécessité de revenir au programme des vols et de dessertes maritimes d’avant la pandémie de Covid-19 ». Le député a appelé également le gouvernement à « intervenir pour réduire les prix fous des billets et protéger la communauté algérienne de la cupidité de ces compagnies ».

À lire aussi :  Air Algérie lance ses vols sur le réseau africain

« La location d’avions et de bateaux » pour répondre à la forte demande des Algériens à l’étranger

Tout en interpellant les pouvoirs publics sur la nécessité de « renforcer » le programme de vols et de dessertes maritimes, le représentant à l’APN a suggéré également « la location d’avions et de bateaux » pour répondre à la forte demande des Algériens à l’étranger durant cette saison estivale. Tawfik Khedim a aussi demandé aux responsables en charge du secteur du transport « le traitement des problèmes de réservation à distance pour éviter la corruption et les images dégradantes des files d'attente les agences ».

Pour sa part, le député Abdelouahab Yagoubi a résumé dans un message publié mercredi 8 juin 2022 sur sa page Facebook ce qu’il qualifie de « préoccupations urgentes de la communauté nationale à l'étranger et de ce qu'elle attend du gouvernement à l’approche de la saison estivale ». Il appelle d’abord à « ouvrir immédiatement la vente en ligne des billets » du nouveau programme et « appliquer les mesures de révision des prix décidés au plus haut niveau ».

« Renforcer les dessertes maritimes depuis l’Espagne et rouvrir les frontières terrestres avec la Tunisie »

Le député a demandé aussi « la programmation des vols vers les aéroports encore fermés à l’intérieur et vers ceux non desservis à l’extérieur » et « l’ouverture des lignes maritimes depuis l’Espagne ». Pour Abdelouahab Yagoubi , cela permettra de « répondre aux attentes de centaines de milliers d'Algériens qui vivent dans le sud-ouest de la France, dont la plupart sont originaires de l'ouest algérien et avaient l'habitude d'entrer au pays par l'Espagne ». D’ailleurs, il a tenu à préciser que le nombre de dessertes vers l’Algérie était de 50 % depuis Marseille et 50 % depuis l’Espagne avant la pandémie de Covid-19.

À lire aussi :  Algeria Airlines : Air Algérie a-t-elle besoin de changer de nom ?

Dans son message à l’adresse des pouvoirs publics, le même député demande une « ouverture réelle du marché du transport maritime et aérien », il a aussi plaidé pour la réouverture des frontières terrestres entre l’Algérie et la Tunisie en évoquant « le droit constitutionnel de la libre circulation des personnes ». Une revendication mainte fois exprimée par les citoyens des deux pays voisins, surtout avec l’amélioration de la situation sanitaire.