L’affaire de la fermeture de comptes bancaires de plusieurs mosquées en France a suscité la colère de nombreuses associations musulmanes dans le pays. Le Conseil des mosquées du Rhône (CMR) a qualifié le 5 juin dernier cette décision d’« apartheid bancaire » contre les musulmans de France. Une sortie qui a fait réagir le ministre de l’Intérieur, Gérald Darmanin, à travers un courrier adressé au ministre des Finances de l’Économie, afin de trouver une solution à ce problème.  

La fermeture des comptes bancaires des associations musulmanes et des mosquées revient à nouveau au-devant de la scène en France. Le phénomène, qui touche plusieurs lieux de culte en France, s’est également propagé pour atteindre certains fidèles. C’est le recteur de la mosquée de Villeurbanne qui avait révélé cela le 1er juin dernier.

Dans un message publié sur ses réseaux sociaux, Azzedine Gaci avait rapporté qu’un fidèle musulman a vu son compte fermé par une banque française pour avoir, selon lui, fait don de 10 000 euros à une mosquée en construction à Lyon. Il s’agit de la BNP qui avait procédé également à la fermeture du compte du père, du frère, de la sœur et de l’oncle de ce donateur « sans aucune explication », selon lui.

À lire aussi :  Emmaüs Toulouse : Bons plans pour les étudiants en France

Gérald Darmanin a saisi le ministre de l’Économie sur la fermeture de comptes bancaires de certaines mosquées en France

Quatre jours plus tard, c’est au tour du président du Conseil des mosquées du Rhône (CMR) de sortir de ses gonds en publiant une lettre adressée au président Emmanuel Macron. Une lettre dans laquelle Kamel Kabtane regrette la fermeture des comptes de dizaines de mosquées et d’associations musulmanes du département du Rhône et de leurs « bienfaiteurs ». Dans sa missive, il a évoqué un « apartheid bancaire » qui dure selon lui depuis plusieurs années. « Des dizaines de mosquées en pleine construction (ou extension) ont subi la fermeture de leurs comptes bancaires », écrit-il dans sa lettre.

La sortie du président du CMR a vite fait réagir le ministre de l’Intérieur, Gérald Darmanin, en sa qualité aussi de premier responsable des cultes en France. En effet, dans une lettre adressée le 8 juin à son homologue de l’Économie, Bruno Le Maire, le ministre de l’Intérieur a pointé à son tour le « comportement maintes fois constaté de certains établissements bancaires », consistant à fermer les comptes d’associations exerçant le culte musulman « sans préavis ni explications », selon les termes du courrier révélé le 9 juin par le quotidien La Croix et consulté par l’AFP.

À lire aussi :  Affaire Future Gate : Voici le sort de Numidia Lezoul et des autres influenceurs

Les banques françaises appelées à « trouver des solutions amiables » avec les associations musulmanes concernées

« Cette situation, qui perdure, crée une véritable incompréhension des responsables d'associations cultuelles musulmanes et nécessite donc d'engager un dialogue renforcé avec la profession », écrit encore Gérald Darmanin à son homologue au gouvernement. Pour le ministre de l’Intérieur, « seul le recours à de l’argent liquide, à des services de paiement non traçables ou encore à des financements internationaux pouvait justifier une alerte interne et entraîner la fermeture d’un compte sans explication ».

Le courrier de Gérald Darmanin à son homologue Bruno Le Maire à propos de cette affaire de la fermeture de comptes bancaires de certaines mosquées ne devra pas tarder à apporter ses fruits. En effet un responsable du ministère de l’Économie a indiqué, le 9 juin à l’AFP, qu’ « un dialogue a été entamé entre les ministères de l'Intérieur et des Finances et les parties prenantes pour appeler les banques à trouver des solutions amiables avec les associations musulmanes concernées ».