Les incidents scolaires liés au port de tenues « islamiques » ont connu une hausse ces derniers mois en France. En effet, 144 entorses à la loi sur la laïcité à l'école, en majorité liée à l’Islam, ont été recensées au deuxième trimestre de l’année scolaire en cours, contre 97 incidents du genre au premier trimestre. C’et ce que rapporte une note de la police française, datée du 8 juin et révélée le 14 juin 2022 par RTL.

La polémique enfle ces derniers jours concernant le port de signes religieux ostentatoires dans les écoles françaises. Pour de nombreux observateurs, de plus en plus d’élèves se rendent dans leurs établissements avec des tenues religieuses, notamment « islamiques ». En effet, la police française fait état d’une hausse des cas de port de ce type de tenues religieuses dans les établissements scolaires en France.

Les cas d'élèves qui « refusent d’ôter leur voile islamique » dans les écoles se multiplient en France

En effet, dans une note confidentielle du Service central du renseignement territorial (SCRT) dépendant de la police, datée du 8 juin dernier et révélée le 14 juin par la radio RTL, il est mentionné la « multiplication » ces derniers mois de cas d’élèves qui « refusent d’ôter leur voile islamique » ou qui souhaitent « porter des tenues traditionnelles » à l’école. Il s’agit des « robes amples qui couvrent le corps type jilbebs ou abayas », pour les filles et des « kamis ou djellabas » pour les garçons.

À lire aussi :  Centre TCF à Alger : Nouvelle adresse et nouvelles procédures

La note de la police relève que « 144 entorses à la loi de 2004 sur la laïcité ont été recensées par le ministère de l’Éducation nationale entre janvier et mars 2021, principalement dans le secondaire ». Cela représente « une hausse de 50 % par rapport au premier trimestre ou 97 entorses avaient été rapportées », selon la même source. Un chiffre qui serait « insignifiant » par rapport aux 5,6 millions d’élèves scolarisés dans les lycées et collèges français. Mais cela exprime une hausse des incidents liés au port de tenues religieuses dans les écoles, où on comptait 150 sur toute l'année 2018, note le rapport.

Le contexte « politico-médiatique » en France a favorisé la recrudescence du phénomène

Le rapport de la police explique cette recrudescence des incidents liés au port de tenues islamiques dans les écoles par « l’influence probable du contexte politico-médiatique » favorable aux revendications « séparatistes » durant la dernière campagne présidentielle. Une campagne marquée par la présence à la fois de candidats ouvertement anti-islam, et d’autres dénonçant « l’islamophobie institutionnelle », indique le rapport.

Interrogé mardi 14 juin 2022 sur le phonème du port de signes religieux ostentatoire à l’école, le nouveau ministre de l’Éducation nationale, Pap Ndiaye a affirmé qu’il faut d’abord évaluer le phénomène au niveau national avant d’agir. « Nous sommes en train de collecter et de faire remonter les informations pour avoir une vision synthétique de la situation, pour pouvoir la caractériser calmement et l’évaluer à l’échelle nationale », affirme-t-il. « J’échangerai à ce sujet avec les recteurs dans deux jours », a précisé le ministre, lors du traditionnel point presse qui suit la réunion hebdomadaire des ministres à l’Élysée.