Rachida Boukris, la femme qui avait accepté d'enlever son voile dans la rue face à Éric Zemmour, fait l'objet d'une vaste polémique en France. Se disant assumer son geste afin qu'elle prouve qu'elle est libre de son choix, elle révèle toutefois qu'elle fait l'objet de menaces de mort.

Une séquence diffusée le 25 octobre par la chaîne française CNews, montrant le polémiste Éric Zemmour avec une femme voilée à Drancy en plein tournage de l’émission « Face à la Rue » a fait le buzz sur les réseaux sociaux. Particulièrement quand la femme a accepté d'enlever son voile en contrepartie de l'enlèvement par Zemmour de sa cravate. Une séquence que de nombreux internautes ont vite assimilée à une mise en scène, surtout quand la femme en question disait que le voile n'était pas « la religion ».

Rachida, la femme qui a enlevé son voile face à Éric Zemmour, objet de polémique

Toutefois, d’autres internautes n’ont pas raté l’occasion pour déverser leur fiel sur la jeune femme. Si certains ont accusé Rachida de ne pas être une musulmane et d’avoir juste participé à un « jeu télévisé » pour créer le buzz, d’autres par contre sont allés plus loin dans leurs critiques.

Et c’est Rachida elle-même qui l’a révélé lors de son passage sur la chaine C8 dans la soirée du lundi 25 octobre à l’émission Touche pas à mon poste (TPMP) animée par Cyril Hanouna. Présente sur le plateau avec un voile blanc sur la tête, la jeune femme a affirmé recevoir des menaces de mort. Originaire du Maroc et naturalisée française, Rachida qui exerce le métier de comptable affirme avoir accepté de rencontrer Éric Zemmour pour « débattre » notamment sur la question de l’extrémisme. « Quant on m’a dit qu’il y’aura Éric Zemmour, je me suis dit pourquoi pas d’autant plus qu’il y a beaucoup de personnes qui veulent être à ma place », explique la franco-marocaine.

À lire aussi :  Le nombre de migrants clandestins vers l'Europe en forte hausse

« À travers mon geste, je voulais montrer que personne ne peut décider à ma place »

« Je suis très heureuse avec le voile comme je l’étais aussi avant de le porter », explique Rachida qui a précisé qu’elle ne travaille plus pour le groupe Bolloré, propriétaire de CNews depuis 2017, comme pour mettre fin à la polémique concernant la mise en scène de la séquence sur le voile face à Zemmour. « Face à M. Zemmour, ce que je voulais lui montrer à travers mon geste, c’est que ni lui, ni mon père, ni mon frère, ni aucun homme ne peut décider à ma place », explique-t-elle. « Je suis une femme libre, musulmane, fière de l'être, mais libre », a-t-elle ajouté à l'animateur de C8. Questionné si elle ne va plus porter le voile, dans le cas où la loi l’interdirait en France, Rachida rétorque : « s’il y a un texte de loi qui interdit le port du voile, j’appliquerai la loi comme tout le monde ».

Rachida est menacée de mort et traité d' « arabe de service »

Rachida a révélé aussi qu’elle fait l’objet de menaces de mort, depuis son passage à l’émission avec Éric Zemmour. « Depuis j'ai reçu beaucoup de menaces de mort de personnes qui ne comprennent pas pourquoi je l'ai enlevé, que je ne reflète pas la religion, que c'est une honte et que je représente l’arabe de service », a-t-elle révélé, non sans ajouter qu’elle est prête à rencontrer à nouveau Éric Zemmour.

À lire aussi :  Internet et téléphonie en Algérie : Voici les chiffres

« Si j'ai la chance de pouvoir le recroiser (Éric Zemmour, NDLR), je lui dirai la même chose que ses idées ne correspondent pas à la France, ses idées ne correspondent pas au pays, à la communauté que ça soit des juifs, des musulmans, des chrétiens, peu importe. Le vivre ensemble c'est ce que l'on recherche tous », a-t-elle en effet affirmé.