Sur son affiche publiée sur Twitter pour inciter les Français à adopter les bons réflexes en cette période de canicule, la Croix-Rouge a mis en scène une femme blanche voilée buvant de l'eau. Un visuel qui n'a pas été sans susciter une grande polémique, poussant de nombreuses voix à accuser la Croix-Rouge de promouvoir le port du voile islamique en France.

Afin de prévenir des risques liés à la forte chaleur qui s'abat ces derniers jours sur la France, la Croix-Rouge a lancé une campagne de sensibilisation à travers les réseaux sociaux sur les bons réflexes à suivre chez les Français. Sur une affiche publiée le 14 juin dernier sur Twitter, la Croix-Rouge française a écrit : « Ensemble, adoptons les bons réflexes afin de se protéger et protéger nos proches pendant la canicule ! »

Sur cette affiche, qui semble aussi promouvoir la diversité de par le choix des couleurs de peau et des origines, la Croix-Rouge a mis en scène une femme blanche portant un voile et buvant de l'eau, une autre, brune, tenant un parapluie pour se protéger du soleil et un homme de couleur, allongé pour prendre du repos. Une affiche qui n'est pas passée inaperçue chez de nombreux internautes et au sein d'une partie de la classe politique française. Tous ont montré leur indignation en accusant ouvertement la Croix-Rouge de faire la promotion du voile islamique en France.

À lire aussi :  Allocation touristique : Que peut faire un touriste algérien avec 100 euros ?

En effet, la Croix-Rouge française a subi une vaste campagne de dénigrement dans les médias et sur les réseaux sociaux pour avoir mis en valeur une femme voilée dans une affiche de prévention contre les risques de la canicule. « Au-delà des "bons réflexes" que nous devons rappeler, est-ce que la Croix-Rouge est obligée de participer à cette forme de "promotion" du voile ? » écrit Valérie Boyer, sénatrice Les Républicains (droite) sur Twitter.

La Croix-Rouge accusée de promouvoir l'islamisme en France

D'autres accusent la Croix-Rouge de propagande pro-immigration, en soulignant que sur l'image publiée par l'association française, « les personnages sont colorés, se reposent. Quand il fait chaud on s’habille léger, avec un voile, c'est encore pire ! L'homme est en pantalon et [porte] un pull ! C'est de la propagande Pro-immigration ! On a compris laquelle ! »

L'avocat Gilbert Collard, président d'honneur de Reconquête !, le parti d'Éric Zemmour, hostile au port du voile, n'a pas lui non plus ménagé l'association d'aide humanitaire française pour avoir mis en valeur une femme voilée : « Dans sa pédagogie sur la canicule, la Croix-Rouge met en scène le voile islamique : ça jette une ombre sur la liberté des femmes ! » tweete-t-il.

L'essayiste Naëm Bestandji a, pour sa part, accusé la Croix-Rouge de faire la promotion de l'islamisme en France. « La Croix-Rouge instrumentalise le sujet de la canicule pour participer à la promotion de l'islamisme, à travers la banalisation du sexisme du voilement des femmes. C'est typiquement le genre d'affiche qu'auraient pu produire les Frères musulmans », écrit-t-il sur Twitter.

À lire aussi :  Internet et téléphonie en Algérie : Voici les chiffres

D'autres voix, en revanche, ont défendu le choix de la Croix-Rouge d'inclure une femme voilée dans son affiche. C'est le cas de la militante et journaliste Sihame Assbague, qui a tenu à apporter son soutien à la Croix-Rouge : « Elle est très bien, votre infographie, merci. Courage face au tombereau de messages et commentaires racistes que vous recevez pour avoir représenté une femme qui porte le voile. Ne cédez pas à la pression islamophobe, d'où qu'elle vienne », écrit-elle.

La Croix-Rouge se défend et affirme qu'elle ne fait pas « de prosélytisme ni de politique »

Face à l'avalanche de critiques à son égard, la Croix-Rouge a tenu à réagir. Dans une déclaration à CNews, l'association française a précisé que cette affiche de sensibilisation « est issue d'une série de publications mise à disposition dans le cadre d'une campagne mondiale de notre Fédération internationale, destinée à tous les pays et représentant la diversité des populations et l'inconditionnalité d'accompagnement de toutes et tous et en particulier des plus vulnérables ».

Tout en réaffirmant son attachement à « protéger toutes les personnes qui en ont besoin sans distinction de nationalité, de sexe, d'âge, de religion, de condition sociale et d'appartenance politique», la Croix-Rouge a aussi tenu à déplorer « la violence des commentaires et des appels à la haine » que cette publication a pu déclencher. L'association a surtout tenu à affirmer qu'elle ne fait pas « de prosélytisme ni de politique ».