Une marche blanche est prévue la semaine prochaine à Rouen, au nord de la France, en hommage à un ressortissant algérien mortellement poignardé le mois d'avril dernier. Il s'agit du jeune Mohamed Arezki Grim, 25 ans, dont la famille réclame encore justice pour faire son deuil.

Les faits remontent à la nuit du 1er au 2 avril 2022. Le jeune a été découvert mort place des Emmurées entre 4h30 et 5h du matin. « Quand je suis arrivé, vers 6 heures du matin, il y avait déjà la police et un drap blanc recouvrait le corps », avait indiqué un des commerçants à la presse.

Les services de sécurité avaient alors ouvert une enquête pour déterminer les circonstances exactes de ce crime. Mohamed Arezki Grim, s'est-il avéré, a reçu « plusieurs coups de couteau, dont l’un au moins aurait provoqué la mort », avait expliqué le procureur de la République de Rouen. Les mobiles du crime n'ont pas été révélées tout de suite.

Mais selon des sources médiatiques locales, ce meurtre a été précédé d'une altercation entre la victime et une autre personne au niveau d'une boite de nuit où elles se trouvaient. Les deux jeunes hommes ont été d'ailleurs exclus de l'établissement. Selon toujours les mêmes sources, les deux individus auraient poursuivi leur rixe dans la rue.

À lire aussi :  France : Un Marocain condamné pour agression sexuelle sur une fille de 13 ans à bord d'un bateau

"Trois mois après nous pourrons ainsi, nous recueillir pour faire vivre sa mémoire"

Trois mois après ce crime, la famille de la victime d'origine algérienne n'a pas encore fait le deuil de son enfant. Elle réclame, en effet, toujours justice. Pour ce faire, un appel a été lancé pour une manifestation prévue le 3 juillet devant le palais de justice de la ville. Ce sont ses amis et sa famille qui ont lancé cet appel à la marche blanche.

"Nous vous invitons à venir vous joindre à la marche blanche qui aura lieu ce dimanche 3 juillet 2022 à 16h00 devant le Palais de Justice de Rouen. Nous marcherons ensuite vers le lieu où est tombé notre bien aimé Mohamed Arezki Grim", peut-on lire dans cet appel. "3 mois après, nous pourrons ainsi, nous recueillir pour faire vivre sa mémoire. Soyez nombreux aux côtés des proches de Mohamed Arezki Grim", lit-on encore dans le même appel.