Les relations diplomatiques entre l'Algérie et l'Espagne sont très tendues. Le Traité d'amitié entre les deux pays a été suspendu par l'Algérie depuis le 8 juin et dans le sillage de cette décision, des sanctions économiques ont été prises par l'Algérie. C'est ce qu'a confirmé la secrétaire d'État espagnole au Commerce, Xiana Méndez.

Ainsi, les transactions commerciales entre l'Algérie et l'Espagne sont gelées. Xiana Méndez a reconnu au Congrès espagnol « une paralysie quasi totale » des opérations commerciales avec l'Algérie, tant à l'importation qu'à l'exportation, à l'exception des produits énergétiques.

La secrétaire d'État espagnole au Commerce a déclaré devant la commission de l'Industrie, du Commerce et du Tourisme du congrès : « Nous assistons, de facto, à cette paralysie des flux dans les deux sens, ce que nous considérons comme pouvant constituer une rupture de l'accord d'association avec l'Union européenne ».

Elle a également souligné que ce gel des transactions commerciales s'est produit à la suite de la suspension du Traité d'amitié et de bon voisinage avec l'Espagne[1]Crise diplomatique : L'Algérie suspend le traité d'amitié avec l'Espagne. Un traité qui « ne comporte aucune question commerciale », a souligné la secrétaire d'État au Commerce. Cette dernière affirme que ce traité, signé en 2002, n'est qu'une « déclaration d'intention » sur la reconnaissance de la souveraineté nationale, l'interdiction de l'ingérence dans les affaires de politique intérieure ou la coopération dans divers domaines. Pour Xiana Méndez, la question des échanges commerciaux relève de la compétence de l'Union européenne.

Par ailleurs, la secrétaire d'État a révélé que les exportations vers l'Algérie en 2021 ont atteint 1'880 millions d'euros et les importations 4'700 millions d'euros, correspondant à plus de 90 % à des achats d'énergie.

Il faut rappeler qu'après la suspension du Traité d'amitié avec l'Espagne, le Délégué général de l'Association professionnelle des banques et des établissements financiers (ABEF), Rachid Belaïd, a demandé aux directeurs généraux des établissements bancaires et financiers de geler les domiciliations bancaires des opérations commerciales en lien avec l'Espagne[2]Commerce avec l'Espagne : L'Algérie décide du gel strict des domiciliations bancaires. Ces décisions algériennes font suite à la volteface opérée en mars par le gouvernement de Pedro Sanchez dans le dossier du Sahara occidental[3]Pourquoi l'Espagne a changé sa position par rapport au Sahara occidental.