Le début de l'exportation de gaz vers le Maroc par l'Espagne via le gazoduc Maghreb-Europe (GME) en sens inverse continue de soulever des réactions. L'origine de ce gaz est au centre des interrogations, avec l'Espagne qui assure qu'il ne provient pas des exportations algériennes[1]L'origine du gaz exporté par l’Espagne au Maroc révélé. De son côté, et pour la première fois, le PDG de Sonatrach a fait allusion à ce sujet ce dimanche 3 juillet.

Toufik Hakkar a en effet déclaré que « jusqu'à aujourd'hui, le gaz algérien exporté n'a pas été transférée vers un autre pays ». La Sonatrach confirme donc les déclarations des responsables espagnols : le gaz exporté à partir de l'Espagne vers le Maroc via le GME en sens inverse n'est pas d'origine algérienne.

Cependant, le PDG de la Sonatrach a encore avertit quant à un éventuel transfert de ce gaz et a menacé que « si cela se fait, Sonatrach est parfaitement en droit de prendre les mesures nécessaires ». Ainsi, l'Algérie réaffirme son refus que son gaz exporté vers l'Espagne soit réexporté vers un autre pays[2]Inversement du gazoduc entre l'Espagne et le Maroc : L'Algérie met en garde.

Le président directeur général de groupe Sonatrach, Toufik Hakkar, a aussi révélé que les exportations algériennes d'hydrocarbures ont augmenté de 70 % au cours des 5 premiers mois de 2022. Ces exportations se son élevées à 21,5 milliards de dollars. Pour ce qui est des prix, la Sonatrach a décidé de les revoir avec tous les partenaires .

Il faut souligner que l'Espagne a choisi de venir en aide au Maroc sur cette question de gaz. Cependant, elle veut éviter les foudres d'Alger, réaffirmant à chaque occasion que le gaz envoyé au Maroc ne provient pas d'Algérie. Il faut dire que le démarrage de l'exploitation du gazoduc Maghreb-Europe en sens inverse a soulevé beaucoup d'interrogations. Alger, qui a déjà décidé de réduire ses exportations de gaz vers l'Espagne[3]L'Algérie réduit la quantité de gaz livrée à l'Espagne et menace, pourrait durcir ses sanctions à n'importe quel moment.