La Fête du Trône, prévue le 30 juillet de chaque année, n'aura pas lieu cette année. C'est pour la troisième année consécutive que le roi du Maroc, Mohammed VI, a décidé de surseoir à l’organisation de cette Fête. Le Palais royal a justifié ce choix par la situation sanitaire dans le pays. Cependant, cette raison n'est pas convaincante pour de nombreux observateurs. 

En effet, le ministère marocain de la Maison Royale, du Protocole et de la Chancellerie a annoncé, vendredi 22 juillet 2022, « qu’eu égard à la poursuite des mesures préventives imposées par l’évolution de la situation sanitaire due à la pandémie de Covid-19, il a été décidé le report de toutes les activités, festivités et cérémonies prévues à l’occasion du 23e Anniversaire de l’accession de Sa Majesté le Roi Mohammed VI, que Dieu l’assiste, au trône de ses glorieux ancêtres ».

Concrètement, pour la 3e année consécutive la cérémonie de réception que préside le roi, la prestation de serment des officiers lauréats des différentes écoles et instituts militaires, paramilitaires et civils, la cérémonie d’allégeance au roi, la Retraite aux flambeaux organisée par la Garde Royale, ainsi que tous les défilés et manifestations sont annulés.

Les raisons de cette décision du roi Mohammed VI ne sont pas convaincantes pour de nombreux observateurs. Ces derniers affirment qu'elles sont difficilement imputables à la situation sanitaire dans le pays. Ces Marocains et étrangers indiquent qu'au Maroc toutes les manifestations se tiennent le plus normalement du monde. Ils citent, le Marrakech du rire, ou encore les CAF Awards.

À lire aussi :  Réduction du nombre visas pour les Algériens : Un député français s’insurge

Ainsi donc, la décision d'annuler la fête du trône trouve son explication loin de ce qu'affirme le palais royal. La santé du roi peut donc être derrière cette annulation. Mohammed VI, qui n'a fait que de brèves apparitions ces derniers temps, vit entre la France et le Maroc. Ses voyages privés vers l'hexagone sont devenus fréquents. Certaines indiscrétions indiquent que la santé du roi du Maroc est inquiétante, d'où ces déplacements à Paris où il avait déjà subi une intervention chirurgicale en 2018.