Deux Algériens ont été mis en examens et placés en détention provisoire, lundi 25 juillet 2022, par un juge d’instruction près le tribunal de Paris. Les deux ressortissants algériens sont accusés d’avoir frappé à mort un homme pour lui dérober sa sacoche dans le 13e arrondissement de Paris.

Les faits remontent à la nuit du jeudi 21 au vendredi 22 juillet. Vers 1h20, un homme âgé de 49 ans a été victime d'une violente agression dans le XIIIe arrondissement de Paris, en pleine rue, dans le secteur de la Poterne-des-Peupliers, rapportent les médias français. La victime, qui présentait une plaie importante au crâne, a été retrouvée allongée sur le sol par un passant, selon les mêmes sources.

Selon des sources policières, le quadragénaire, qui a été violemment frappé, aurait été victime du vol de sa sacoche. L’homme, qui était encore conscient avant d'être transporté à l'hôpital de la Pitié-Salpêtrière (Paris 13e), a expliqué aux enquêteurs avoir été agressé par plusieurs individus qui l'ont roué de coups pour lui dérober sa sacoche. Le quadragénaire est mort le lendemain, samedi 23 juillet, des suites de ses blessures.

Les deux Algériens placés en détention provisoire

Immédiatement, une enquête a été ouverte par le parquet de Paris pour « violences ayant entraîné la mort sans intention de la donner ». Chargés de l’enquête, les policiers de la brigade criminelle de Paris ont interpellé deux suspects. Il s’agit de deux ressortissants algériens, rapporte ce mardi 26 juillet Le Figaro[1]Homme tué à Paris pour sa sacoche: deux individus écroués, Le Figaro. Âgés de 22 et 26 ans, les deux Algériens ont été mis en examen et placés en détention provisoire lundi 25 juillet, conformément aux réquisitions du parquet.

À lire aussi :  Un avion d'une compagnie marocaine dérouté vers l'aéroport de Bordeaux

Les deux Algériens sont soupçonnés d'avoir « mortellement frappé un homme de 49 ans pour lui dérober sa sacoche dans le 13e arrondissement de Paris », indique une source judiciaire citée par la même source. Une information judiciaire confiée à un juge d'instruction a été ouverte pour « vol avec violences ayant entraîné la mort sans intention de la donner ».