De nombreux Algériens de France ont été contraints de renoncer à leurs vacances au bled en raison de la cherté des prix des billets d'avion et des traversées en ferry. Depuis la réouverture « partielle » des frontières algériennes, le coût du voyage depuis la France vers l’Algérie n'a pas connu de baisse, poussant plusieurs familles algériennes à renoncer à leurs vacances.

Privée de voyage durant plus de 2 ans en raison des restrictions sanitaires, la diaspora algérienne, notamment en France, peut enfin renouer avec les vacances, cet été. La majorité des Algériens de France n’ont qu’un seul souhait : retourner au bled pour y passer les vacances. Un projet qu’une grande partie des émigrés algériens ne peuvent malheureusement pas réaliser, en raison de la cherté des billets de voyage.

Tout le monde s’accorde en effet à dire que les prix des billets pratiqués par les compagnies aériennes opérant en Algérie sont les plus chers au monde. Et c’est surtout la compagnie publique Air Algérie, qui est pointée du doigt en raison de la place qu’elle occupe dans le ciel algérien. Les prix des billets pratiqués par Air Algérie depuis la crise sanitaire dépassent tout entendement. Sur certaines destinations, les prix sont passés du simple au double de la période avant et après covid-19. C’est le cas notamment des vols entre la France et l’Algérie où le prix d’un billet en aller-retour dépasse généralement 1000 euros.

À lire aussi :  Aéroport de Paris-Charles de Gaulle : Gare aux emballeurs clandestins

De nombreux Algériens de France ont reporté leurs vacances au pays en raison de la cherté des billets

Alors que de nombreux Algériens de France espéraient une révision à la baisse des prix des billets à l’occasion de la saison estivale ; avec le nouveau programme de vols dévoilés en mars dernier par le ministère des Transports, l'augmentation du nombre de vols et la loi « de l'offre et de la demande » qui sert à chaque fois d'argument aux responsables d'Air Algérie, rien de tout cela ne s’est réalisé. La majorité des vols entre la France et l’Algérie affichent complet jusqu’à la fin du mois d’août et Air Algérie y trouve une aubaine. En effet, selon le porte-parole de la compagnie nationale, les prix des billets ne vont pas connaitre une baisse durant cet été[1]Air Algérie ne baissera pas ses prix cet été.

Une situation qui a contraint de nombreux Algériens de France à reporter leurs voyages en Algérie jusqu’à l’automne prochain. C’est le cas de cette famille algérienne établie à Lille dans le nord de la France. Karim, son épouse et leurs trois enfants attendent depuis 3 ans de retrouver leur famille en Algérie. « On a reporté aux vacances d'octobre, on va voir si les prix vont baisser ou pas. Aujourd'hui, il faut choisir, c'est comme acheter une voiture : la voiture est à 3000 euros, le transport pour l'Algérie est à 4500 euros », affirme Karim dans un témoignage publié ce lundi 1er août par France Bleu[2]"C'est trop cher" : ces Lillois ne peuvent pas retrouver leur famille en Algérie pour les vacances.

Pour sa part, Ahmed, son épouse et son fils de 14 ans ont déboursé plus de 3000 euros pour un voyage depuis Lille vers l’Algérie. « Avec tout ça, j'aurais pu partir au club Med ! Je suis simplement allé voir mon frère parce que les vacances en Algérie, ça me coûte bonbon ! » affirme le jeune père de famille. « Comment font ceux qui ont 6 enfants ? La mère part avec la moitié des enfants et le père reste avec l'autre moitié ici ? » s’interroge-t-il.

À lire aussi :  Vols France-Algérie : Une nouvelle grève annoncée à l'aéroport de Lyon

Le problème ne sera pas réglé avant 2025, selon un agent de voyage

Tout en expliquant la hausse des prix des billets entre la France et l’Algérie par la forte demande des clients et la hausse des charges des compagnies aériennes, le représentant de l'agence « Soleil Voyages » dans la ville de Lille a surtout soulevé un autre point. Il s’agit, selon lui, des faibles aides financières accordées par l'État algérien aux compagnies aériennes locales. « Malheureusement, elles n'étaient pas aidées par l'État comme l'était Air France ici, elles doivent donc augmenter les prix. Ce sera moins cher à partir de septembre, mais le problème ne sera pas réglé avant 2025 ! » explique-t-il.