Les frontières terrestres entre l'Algérie et la Tunisie, fermées durant plus de deux ans en raison de la pandémie, ont été rouvertes le 15 juillet. Mais contrairement aux prévisions, les touristes algériens ne se sont pas rués vers les postes frontaliers avec la Tunisie, comme le confirment les chiffres publiés par les organismes en charge du tourisme dans les deux pays.

En effet deux semaines après la réouverture des frontières, le nombre de touristes algériens ayant franchi la frontière avec la Tunisie est en deçà des attentes des professionnels du secteur dans les deux pays. Malgré les offres « attractives » des agences de voyages en faveur des Algériens, ces derniers rechignent encore à se rendre en masse vers les sites touristiques en Tunisie comme cela était le cas avant la crise sanitaire.

Pourtant, les autorités tunisiennes ont mis tous les moyens pour accueillir les touristes algériens dans les meilleures conditions. La Tunisie, qui tablait sur l’arrivée d'un million de touristes algériens durant cet été, a multiplié les gestes en faveur des Algériens désirant se rendre en Tunisie. C’est ainsi que le ministre de l’Intérieur tunisien a pris la décision d’exempter les touristes algériens arrivés en Tunisie des redevances du sabot et de la fourrière pour leurs véhicules.

La Tunisie annonce la suppression du test PCR pour les Algériens quittant la Tunisie

Mieux encore, les autorités tunisiennes, sur décision du chef de l’État Kaïs Saïed, ont annoncé une nouvelle en faveur des ressortissants algériens qui se rendent en Tunisie. En effet, les Algériens au départ de la Tunisie ne seront pas obligés de présenter un test PCR aux points de passage frontaliers avec l’Algérie. C’est ce qu'a annoncé la Présidence tunisienne, dans un communiqué rendu public, dans la soirée du dimanche 31 juillet.

« Le Président Kaïs Saïed a décidé de dispenser les frères algériens au départ de la Tunisie de tout test de dépistage du covid-19 RT–PCR, et ce, au niveau de tous les passages frontaliers à compter de dimanche 31 juillet 2022 », lit-on dans le communiqué de la Présidence tunisienne. « Cette décision, prise en coordination entre les deux ministères de l'Intérieur, tunisien et algérien, intervient « en concrétisation des relations privilégiées entre la Tunisie et l’Algérie », ajoute la même source.

Le communiqué de la présidence tunisienne jugé ambigu par les Algériens

Toutefois, de nombreux Algériens ont soulevé une ambiguïté dans le communiqué de la Présidence tunisienne. En effet, un test de dépistage contre le Covid-19 est imposé par un pays d’accueil à l’arrivée des voyageurs et non pas à leur retour. Aucun pays au monde n’exige aux voyageurs des tests au départ. C'est d'ailleurs ce qui est précisé dans le protocole sanitaire actuellement en vigueur aux frontières tunisiennes.

Mais en lisant le communiqué de la Présidence tunisienne, il en ressort que « les Algériens sont dispensés du test au départ de la Tunisie ». Ce qui n’est pas logique, puisque c’est aux autorités algériennes qu’incombe le rôle d’exiger ou non un test de dépistage aux Algériens à leur retour au pays et non pas aux autorités tunisiennes, comme mentionné dans le communiqué.

D’ailleurs de nombreux internautes se sont interrogés sur cette décision des autorités tunisiennes quant à l’exemption des Algériens du test de dépistage à leur retour de Tunisie. Pour de nombreux Algériens, la Tunisie peut décider de dispenser les Algériens d’un test de dépistage à leur arrivée en Tunisie, mais non pas à leur retour en Algérie. La presse tunisienne est allée jusqu'à se demander s'il n'y avait pas une erreur dans le communiqué de la présidence tunisienne[1]Annulation du PCR à la sortie des Algériens : une erreur s’est-elle glissée dans le communiqué de la présidence ?, Business News.