Un ressortissant marocain en situation irrégulière a égorgé son père en lui tranchant la tête dans la nuit du samedi 13 au dimanche 14 août à Saint-Priest (Rhône), proche de Lyon. Le père âgé de 60 ans a été retrouvé décapité et le présumé tueur de 25 ans a été arrêté par la police alors qu'il déambulait avec la tête de son père dans une main et un couteau dans l'autre. Selon plusieurs sources, le meurtrier présumé aurait crié « Allah Akbar » au moment de son interpellation.

Horreur à Saint-Priest, dans l'agglomération lyonnaise. Un sexagénaire a été décapité à l'arme blanche dans la nuit du samedi au dimanche et son fils de 25 ans, interpellé sur les lieux, a été arrêté, rapportent ce dimanche 14 août 2022, plusieurs médias français. La victime a été égorgée par son propre fils qui est un ressortissant marocain en situation irrégulière. Ce dernier vivait avec son père dans le même appartement à Saint-Priest.

L'affaire macabre a eu lieu dans la nuit du samedi 13 au dimanche 14 août. Vers 2 h du matin, la police municipale alerte la police nationale de la découverte du corps d’un homme décapité sur un parking à Saint-Priest, dans l'agglomération lyonnaise. Les policiers municipaux signalent qu' « un homme déambule avec une tête dans une main et un couteau dans l'autre », selon une source proche du dossier citée par l'AFP.

À lire aussi :  Les cambrioleurs de la maison de Riyad Mahrez devant la justice

Le meurtrier présumé aurait crié « Allah Akbar » au moment de son interpellation

Les premiers éléments de l'enquête sur cette affaire montrent que l'homme de 25 ans, de nationalité marocaine et se trouvant en situation irrégulière a « tué son père âgé de 60 ans au moyen d'un couteau de cuisine », a indiqué le parquet de Lyon à l'AFP. Le présumé tueur a été interpellé par des policiers de la BAC (Brigade anti-criminalité) , dans le parc Louis-Braille, à proximité du lieu du crime. Le jeune Marocain a tenté de donner des coups de couteau aux policiers, indique la même source.

Le suspect est connu « pour des faits de droit commun, des différends familiaux sur fond d'alcool et stupéfiants », selon cette même source. L'homme qui a été placé en garde à vue n'est pas connu pour des faits de radicalité, ajoute-t-on. Mais selon une information du média Le Progrès, le meurtrier présumé aurait également crié « Allah Akbar » au moment de son interpellation. L'enquête confiée à la Sûreté départementale du Rhône « devra déterminer les circonstances exactes de ce drame ainsi que son mobile et approfondir la personnalité de son auteur », selon le parquet de Lyon.