La lune de miel du couple Espagne-Maroc n'est pas du goût de tous les hommes politiques du Royaume ibérique. Surtout quand cela se fait au détriment des intérêts du pays ; notamment financiers. À ce titre, une députée du Parti populaire n'a pas manqué de s'insurger contre « la faiblesse du gouvernement espagnol » dont profiterait le Royaume chérifien.

La députée du Parti populaire espagnol Isabel Moreno n'est pas contente de l'attitude du gouvernement de Pedro Sánchez à l'égard de son voisin du Sud. La source de la colère ? L'argent que le Maroc reçoit sans que les choses changent pour l'Espagne. La dernière somme en date : les 500 millions d'euros accordés par l'Union européenne pour renforcer les contrôles aux frontières et lutter efficacement contre l’immigration irrégulière (harraga).

Les 500 millions d'euros de financement de l'UE au Maroc critiqués

Pour Isabel Moreno, les 500 millions d'euros d'aide que le Maroc va recevoir sont la preuve que le Maroc « profite de la faiblesse du gouvernement espagnol ». C'est ce que rapporte le média espagnol  El Faro de Melilla [1]El PP prepara un expediente sobre las acusaciones de Kaddur a Bussian, El Faro de Melilla, qui ajoute que la parlementaire espagnole estime que ce n'est pas juste que le Maroc continue à profiter des financements de l'Europe, alors qu'il n'y a aucun changement à Melilla ; dont la frontière devait rouvrir progressivement.

À lire aussi :  Vers une coopération nucléaire entre le Maroc et Israël

« Rien n'a été dit sur les eaux territoriales et nous ne savons rien des douanes commerciales », s'est insurgée Isabelle Moreno, en précisant que son parti n'est pas contre l'existence d'une collaboration et de bonnes relations entre l'Europe et le Maroc. Elle estime cependant que « l'intérêt supérieur de l'Espagne doit être préservé ».

La colère de la parlementaire espagnole s'explique par le fait que ce n'est pas la seule somme que le Maroc reçoit pour lutter contre la migration clandestine, mais rien ne semble changer sur ce point précis. La situation s'est même détériorée le 24 juin dernier quand des dizaines de migrants subsahariens sont morts en tentant de traverser la frontière avec Melilla[2]Drame migratoire : Des morts et des centaines de blessés aux frontières de Melilla. Les ONG demandent une enquête. Des ONG et des députés ont même accusé les forces de sécurité marocaines d'avoir tué ces migrants en réprimant leur action[3]Drame de Melilla : Graves accusations d'un député espagnol contre le Maroc.

Après ce drame à Melilla, l'Espagne a accordé au Maroc la somme de 30 millions d'euros pour renforcer les capacités des forces de police marocaines en matière de lutte contre la migration clandestine. Cela, alors que ces forces de sécurité sont accusées en Espagne de complicité dans l’invasion des migrants à Ceuta en mai 2021[4]Plus de 5000 Marocains rejoignent à la nage l'enclave espagnole de Ceuta. Quelques semaines à peine avant cette invasion de quelque 10'000 migrants marocains en majorité, l'Espagne avait accordé au Maroc la somme de 35 millions d'euros, toujours au profit des forces de police. D'où la colère de certains hommes politiques espagnols, qu'ils soient du Parti populaire, de la Gauche républicaine de Catalogne ou de Vox (extrême droite).

À lire aussi :  Vers une coopération nucléaire entre le Maroc et Israël

References