Incendie d'une mosquée en France : Deux chrétiens agressés devant leur église

Deux adolescents de 15 et 17 ans ont été agressés, dimanche 4 septembre, près de leur église à Rambouillet, dans les Yvelines. Les auteurs de cette agression ont traité leurs victimes de "sales chrétiens", selon un compte rendu de CNews et pour certains, le lien est vite établi avec l'incendie qui a détruit la veille une mosquée dans la même ville.

Une fille de 15 ans et un garçon de 17 ans ont été violemment agressés par trois autres adolescents près de l'église Sainte-Bernadette de la Louvière à Rambouillet. L'agression a eu lieu dimanche vers 21 heures, selon une source au sein de la police contactée par le même média. Les trois agresseurs ont traité leurs deux victimes de "sales chrétiens", et les ont menacé, en disant qu'ils voulaient les crever.

L'agression ne se limitera pas aux mots, précise la même source policière puisque les trois individus ont utilisé du gaz lacrymogène contre leurs victimes. Enfin, ils ne manqueront pas de frapper le jeune garçon au visage et à de multiples reprises. Deux d'entre eux seront très vite appréhendés par les éléments de la police et placés en garde à vue pour violences volontaires en réunion et discrimination religieuse. Âgés de 15 et 17 ans, ils sont tous les deux originaires de Trappes, à environ 23 kilomètres au nord-est de Rambouillet.

Faits-divers Un Algérien tente de jeter sa femme du 12e étage à Bordeaux

Acte isolé ou bagarre entre des groupes religieux en France ?

Naturellement, beaucoup ont établi le lien entre cette agression et l'incendie qui a détruit, la veille et dans la même ville de Rambouillet, la tente qui sert de mosquée ou de salle de prière aux musulmans de la région. Si l'acte criminel n'est pas encore avéré, sa piste est privilégiée par les enquêteurs de la police qui se basent surtout sur les premiers témoignages qui ont suivi l'incendie.

Et c'est suffisant par exemple pour le curé de la paroisse qui a visiblement peur que l'agression contre les deux adolescents chrétiens soit une réponse à l'incendie potentiellement criminel de la salle de prière musulmane. "L'incendie de la mosquée cultive la haine", a affirmé le curé qui précisera cependant qu'il s'agit probablement d'un acte isolé et non d'une bagarre entre des groupes religieux.


Vous aimez cet article ? Partagez !