Le président français Emmanuel Macron a annoncé, ce jeudi 15 septembre, un projet de loi sur l'immigration qui sera déposé "début 2023". Intervenant devant les préfets qu'il a réunis à l'Elysée, Macron a affirmé que la politique actuelle concernant le dossier est à la fois "inefficace et inhumaine". 

L'immigration constitue décidément un dossier crucial auquel les autorités françaises n'arrivent toujours pas à trouver un traitement adéquat. Après le chantage aux visas prôné par le ministre de l'Intérieur, Gérald Darmanin, un projet de loi a été annoncé pour septembre avant qu'il ne soit reporté. Le même ministre avait annoncé un "grand débat" pour octobre 2022.

Le sujet a été également évoqué ce jeudi par le président français, lors de son intervention devant les préfets réunis à l'Elysée. "Un projet de loi relatif à l’asile, donc à l’immigration dans la République, sera déposé dès début 2023", a déclaré en effet le locataire de l'Elysée.

La politique d'immigration est absurde, estime Emmanuel Macron

Pour lui, une nouvelle loi s'impose car la politique adoptée actuellement "est tout à la fois inefficace et inhumaine". Et d'expliquer : "inefficace parce que nous nous retrouvons avec plus d'étrangers en situation irrégulière que nombre de nos voisins, inhumaine parce que cette pression fait qu'on les accueille trop souvent mal".

À lire aussi :  Grève El Watan : Le quotidien vit-il ses derniers moments ?

Pour cela, a affirmé Emmanuel Macron, "nous devons réformer nos procédures pour pouvoir aller beaucoup plus vite et c’est indispensable. Il faut préserver les droits fondamentaux de toute personne mais il faut pouvoir aller beaucoup plus vite, avant toute chose, pour lutter contre toutes les pratiques dilatoires".

Immigration : Macron veut réformer les procédures

Il a préconisé ainsi de "différencier les procédures", "accélérer leur instruction" et "intégrer beaucoup plus vite et beaucoup mieux celles et ceux qui ont même un titre provisoire par la langue et par le travail". Il a suggéré également de procéder à une meilleure répartition des nouveaux arrivés en les incitant à s'établir notamment dans les "espaces ruraux, qui, eux, sont en train de perdre de la population".

Emmanuel Macron a cependant soutenu que la France allait encore durcir les conditions d'attribution des visas pour les étrangers. "Nous sommes en train, nous avons commencé à renforcer très fortement nos politiques en conditionnant davantage" l'octroi des visas "à l'esprit de coopération pour reprendre les étrangers en situation irrégulière, à commencer par celles et ceux qui troublent l'ordre public". Le locataire de l'Elysée a promis en outre "d’améliorer l’efficacité des politiques de reconduite" des étrangers en situation irrégulière