Les réserves de change de l’Algérie sont en nette augmentation et devraient atteindre les 100 milliards de dollars début 2023. C’est ce qu’a déclaré le professeur en économie Mohamed Hamidouche au site d'information Algérie Eco. Selon cet économiste, la hausse des cours des hydrocarbures sur le marché international, du fait de la crise ukrainienne et des déséquilibres subséquents sur l’offre et la demande, est l’une des raisons principales de cette augmentation.  

Selon Mohamed Hamidouche, l’autre facteur qui fait que les réserves de change du pays repartent à la hausse est "la politique de commerce extérieur adoptée par le gouvernement", une politique, poursuit-il, "qui œuvre au renforcement des exportations hors-hydrocarbures et à encourager Sonatrach à réaliser de nouvelles explorations". "Cette démarche a donné lieu à une hausse inédite des exportations algériennes, d’une part, et à une maîtrise de l’importation, voire un frein à l’érosion des réserves de change, d’autre part", explique-t-il.

Dinar Algérien :  une appréciation de 12,5%

Le professeur Hamidouche est également revenu sur la récente appréciation du dinar face à l’euro et au dollar américain. Cette appréciation permettra, selon les dires de l'économiste, "de résorber l’inflation, augmenter le pouvoir d’achat du citoyen, tout en renforçant la confiance dans l’économie nationale". "L’appréciation du dinar algérien face à un panier de monnaies, notamment le dollar américain, se ressentira par une baisse relative des prix des matières importées", explique-t-il. Et d’ajouter : "En plus d’améliorer le pouvoir d’achat des ménages, cette appréciation profitera aux opérateurs économiques versés dans l’importation des produits semi-finis et les équipements, ce qui fera croître sensiblement leur chiffre d’affaires avant la fin de l’année".

À lire aussi :  Algérie : Les exportations de gaz en baisse

L’expert en économie, Mourad Kouachi estime, de son côté, que le dinar algérien a connu récemment "un saut historique au niveau des transactions bancaires officielles, en ce sens que l’euro et le dollar se sont stabilisés autour de 140 dinars". Une hausse, poursuit-il, considérée comme "une augmentation inédite de la valeur de la monnaie nationale depuis plus d’une décennie, le dinar s’étant apprécié de 12,5% ces derniers jours en comparaison avec la même période de l’année dernière". Néanmoins, "le meilleur moyen pour préserver dans la durée l’appréciation de la monnaie nationale consiste à hisser les exportations hors hydrocarbures", insiste cet universitaire.