En Kabylie, un homme tente d'immoler son ex-fiancée

La violence contre les femmes en Algérie ne cesse de prendre de l'ampleur. Du harcèlement verbal aux violences physiques ou sexuelles, cette violence peut malheureusement mener à la forme la plus extrême : le féminicide, c’est-à-dire le meurtre d'une femme.

La liste des féminicides et de la violence contre les femmes en Algérie s’allonge. La dernière affaire en date remonte à la fin du mois de septembre. En Kabylie, un homme a tenté d’immoler son ex-fiancée après que cette dernière ait décidé de rompre leurs fiançailles. La victime, gravement brûlée, se trouve actuellement au CHU de Tizi-Ouzou.

Cette affaire, passée sous silence dans les médias algériens, a été révélée le mardi 4 octobre par « Fémincides Algérie », un réseau en ligne qui recense les femmes victimes de violence. Selon la même source, l’affaire date de fin septembre lorsqu’un homme a brûlé vive une jeune fille en pleine rue dans une localité de Kabylie. La victime, Ryma, enseignante de langue française âgée de 28 ans, a été surprise par cet homme en pleine journée. Il l’a aspergée d’essence avant de lui mettre le feu.

Faits-divers Ivre et drogué, un Algérien sème la terreur dans un quartier en Italie

Selon des sources locales, l’affaire a eu lieu dans la localité de Makouda, à une trentaine de kilomètres du chef-lieu de Tizi-Ouzou, au nord de la Kabylie. L’auteur de cette tentative de féminicide, qui était en relation avec la victime, n’avait pas accepté le fait que cette dernière refuse de se marier avec lui. Il a alors surpris la jeune femme dans la rue pour passer à l’acte. Recherché par la BRI, l'auteur de la tentative de fémincide s'est rendu le lendemain de son forfait à la police. Il est placé en détention provisoire, dans l'attente de son procès.

Gravement atteinte, la victime a été évacuée au CHH de Tizi-Ouzou où elle est hospitalisée dans le service des grands brûlés. Un appel a été lancé sur les réseaux sociaux pour venir en aide à la victime. Dans un message publié sur la page Facebook de « Féminicides Algérie », il est mentionné que la victime répondant au prénom de Ryma a besoin de don de sang, de Fortimel, un complément nutritionnel, de Flamazine et de Tulle gras.


Vous aimez cet article ? Partagez !