Fidèle à ses positions, Marine Le Pen appelle le Gouvernement français à procéder à la fermeture de plus de mosquées. L’appel de la première responsable du Rassemblement national est venu en réaction à une décision du Gouvernement français de fermer une mosquée à Obernai, dans le Bas-Rhin. Celle-ci a été accusée de faciliter « la diffusion d'une idéologie radicale ».

L’imam de cette enceinte religieuse aurait, pour rappel, manifesté « une hostilité évidente envers la société française ». « Il multiplie les propos provocateurs et hostiles aux valeurs républicaines et encourage les fidèles dans cette vision radicale », avait déclaré le ministère de l'Intérieur. Marine Le Pen, comme il fallait s’y attendre, a salué cette initiative, tout en considérant que cela est loin d’être suffisant. « La France devrait fermer toutes les mosquées extrémistes présentes sur le territoire », a-t-elle défendu, en insistant sur « la nécessité d’expulser tous les musulmans ayant un discours extrémiste avéré ». Pour rappel, le ministre français de l’Intérieur, Gérald Darmanin, a déclaré avoir fermé, ces deux dernières années, 23 mosquées. Elles ont toutes été soupçonnées de faire dans la haine et l’extrémisme.

Le hijab, la bête noire de Marine Le Pen

Rappelons que ce n’est pas la première fois que la première responsable du RN appelle le Gouvernement français à fermer des mosquées. À maintes reprises, elle a exhorté le Gouvernement français à sévir contre ce qu’elle appelle « les mosquées salafistes » qui, selon elle, constituent « un danger contre la cohésion nationale » et contre « l’un des piliers de la République française : la laïcité ».

Marine Le Pen a, par ailleurs, promis de poursuivre le combat du RN d’interdire le port de du hijab, en défendant des lois claires qui ne prêtent à aucune confusion. Elle a déclaré que son parti défendra l’usage de référendums pour éviter toutes contestations à des « interdictions qui s’imposent ». La députée, qui voit souvent ses propositions de loi contestées, car considérées comme « discriminatoires » et portant « atteinte aux libertés individuelles », assure que son parti ne baissera pas les bras. Pour mémoire, il est actuellement interdit dans la législation française de porter des symboles religieux ostensibles à l’école, tout comme le port du voile intégral est interdit dans les lieux publics.