La théorie du « grand remplacement », ce monstre qui plane et sur les Européens et sur les immigrés ainsi que leurs descendances, continue à faire les choux-gras de l'extrême-droite française. Et aux longs discours xénophobes, il fallait ajouter des chiffres pour que ça fasse vrai. Le dernier en date a été mis en avant par Jordan Bardella, le patron par intérim et candidat à la présidence du Rassemblement nationale : « 40 % des naissances sont le fait de l'immigration extra-européenne ». De quoi faire peur !

Jordan Bardella, lors d'un déplacement le 7 octobre à Pessac, en Gironde, a en effet déclaré que « 40 % des naissances sont le fait de l'immigration extra-européenne. C'est un changement massif, brutal, inédit ». « Le défi démographique pose aux Français une question existentielle : voulez-vous que la France reste la France ? » a-t-il ajouté. Le candidat à la présidence du RN reprenait une déclaration de Pierre Lellouche, l'ancien secrétaire d'État aux Affaires européennes puis au Commerce extérieur. « 40 % des enfants de 0 à 4 ans sont immigrés ou d'origine immigrée au dernier recensement. Il y a une modification en profondeur de la population de ce pays et de la population scolaire avec un poids, évidemment, déterminant de l'islam, puisque la plus grande partie de cette population vient d'Afrique noire et du Maghreb », avait déclaré Lellouche sur le plateau de CNews.

Les 40 % englobent des enfants ayant divers liens avec l'immigration

Ce que Bardella voudrait dire est que 40 % des enfants nés en France sont immigrés ou issus de parents immigrés, ce qui serait, convenons-en, énorme. Le journal français de gauche Libération a pris la peine de vérifier l'étude de l'INSEE[1]La diversité des origines et la mixité des unions progressent au fil des générations, INSEE publiée en juillet dernier sur laquelle Pierre Lellouche s'est appuyé. Et la réalité serait loin du chiffre avancé par Bardella. En France, selon l'étude, la part des enfants de 4 ans ou moins immigrés est de 0,8 %. Quant à la part des enfants de 4 ans ou moins ayant un ou deux parents immigrés, elle est de 24,6 %. Aussi, 13,3 % des enfants de 4 ans ou moins en France ont deux parents immigrés, 11,3 % ont un parent immigré, et près de 75 % n'ont donc aucun parent immigré.

Libération explique que « pour s'approcher des 40 % dont parle Jordan Bardella, il faut en réalité ajouter aux enfants immigrés et aux enfants d'immigrés les enfants dits de la "troisième génération" ». C'est à dire dont le lien avec l'immigration remonte à un grand-parent. Ce qui est le cas de 14 % des enfants de moins de 4 ans en France. Ces 14 % se décomposent ainsi : 1,8 % ont 4 grands parents immigrés, et 12,2 % ont un, deux ou trois grands-parents immigrés ».

Jordan Bardella issu de l'immigration

Le journal[2]Est-il vrai que 40 % des naissances sont «le fait de l’immigration extra-européenne» comme l’affirme Jordan Bardella ?, Libération conclut que « le chiffre de 40 % cité par Bardella englobe des enfants ayant un lien à l'immigration très divers : certains sont immigrés eux-mêmes, d'autres ont deux parents immigrés, tandis que d'autres auront un seul grand-parent immigré ». Libération a fini avec une note plus ou moins ironique. « On notera pour finir qu'il est assez ironique de voir Jordan Bardella citer avec effroi ce pourcentage issu des travaux de l'INSEE, alors qu'on le retrouve lui-même dans l'étude en question, du fait de ses origines italiennes, parmi les quelque 34,5 % de personnes de 25 à 29 ans vivant en France et étant immigrée, enfant d'immigré ou petit-enfant d'immigré », peut-on lire sur les colonnes de ce journal de gauche. L'ironie est tout de même entachée du fait que Bardella parlait d'immigration extra-européenne, ce qui ne l'inclut pas, lui qui a des origines italiennes.