Le prince Mohammed ben Salmane, prince héritier d'Arabie saoudite et président du Conseil des ministres, ne sera pas présent au sommet de la Ligue arabe les 1er et 2 novembre 2022 à Alger. C'est le prince lui-même qui a annoncé, ce samedi 22 octobre, son absence au Chef de l'État algérien Abdelmadjid Tebboune.

Selon l'agence de presse algérienne APS, Mohammed ben Salmane a eu une discussion avec le Chef de l'État Abdelmadjid Tebboune où il a informé ce dernier de son absence au sommet arabe, évoquant des raisons de santé. Et c'est la présidence de la République qui a rendu publique cette information dans un communiqué sur les réseaux sociaux, expliquant que le prince sera absent « conformément aux recommandations des médecins qui lui déconseillent le voyage ».

Tebboune dit comprendre, mais regrette l'absence du prince héritier d'Arabie saoudite

De son côté, le Chef de l'État s'est déclaré compréhensif, tout en regrettant l'absence de Mohammed ben Salmane au sommet de la Ligue arabe à Alger. Abdelmadjid Tebboune a dit « comprendre la situation et regretter l'absence du prince héritier, Son Altesse, le prince Mohammed ben Salmane, lui exprimant ses vœux de bien être et de santé et lui assurant que l'Arabie saoudite sœur sera présente avec nous en toutes circonstances ».

Il faut dire que les commentaires accompagnant le communiqué sur les réseaux sociaux sont très différents. Entre ceux qui s'opposent à Abdelmadjid Tebboune, considérant la défection de Mohammed ben Salmane comme un échec de la diplomatie algérienne, et ceux qui considèrent l'absence du prince héritier d'Arabie saoudite comme un masque tombé qui révèle le « double jeu de certains traîtres ». Entre ces deux catégories, il y a également ceux qui utilisent le sarcasme pour dire que « le seul pays véritablement arabe va s'absenter au sommet arabe qui se tiendra dans un pays qui n'est pas arabe ».