La Grande mosquée de Paris s’est exprimée sur le port des signes religieux dans les écoles en France. Dans un communiqué publié le 21 octobre et signé par son recteur Chems-Eddine Hafiz, la GMP a rappelé que « la loi interdisant le port de signes religieux ostensibles à l'école doit être, ni plus, ni moins, respectée par tous ».

En dépit de la loi de 2004 sur la laïcité interdisant le port de signes religieux dans  les écoles, plusieurs musulmans de France, notamment des élèves dans les lycées français, continuent à afficher des signes religieux en portant des tenues musulmanes dans leurs établissements. Un phénomène qui a pris de l’ampleur ces deux dernières années, comme le montrent les récents documents des services de l'État.

En effet, selon une récente note du Comité interministériel de prévention de la délinquance et de la radicalisation (CIPDR), « de plus en plus de jeunes revêtent des signes religieux au sein des établissements scolaires ». Le 13 octobre dernier, le ministère de l'Éducation publiait un rapport faisant état d'une hausse des incidents liés au port de tenues religieuses en milieu scolaire.

Devant cette situation, plusieurs voix se sont élevées chez la communauté musulmane de France pour dénoncer ce phénomène et rappeler leur attachement à la laïcité. Dans un communiqué publié le 3 octobre dernier, le Conseil des Mosquées du Rhône (CMR) a réagi à ce qu’il qualifie de « comportements provocateurs et irresponsables » d’une « frange très minoritaire de la jeunesse française musulmane ».

La loi doit être « respectée par tous » rappelle la Grande mosquée de Paris

La Grande mosquée de Paris, qui a fêté son centenaire le 19 octobre dernier en présence du président Emmanuel Macron, s’est également exprimée sur cet épineux problème du port des signes religieux dans les écoles françaises. Dans un communiqué publié vendredi 21 octobre, la Grande Mosquée de Paris « regrette les incidents survenus ces dernières semaines autour du port de signes religieux dans plusieurs établissements scolaires en France ».

Le communiqué, signé par le recteur de la grande mosquée de Paris, Chems-eddine Hafiz, rappelle que la « loi interdisant le port de signes religieux ostensibles à l'école doit être, ni plus, ni moins, respectée par tous ». La GMP précise que « le respect de la loi ne saurait cependant être appliqué sans la recherche constante du dialogue avec notre jeunesse, en évitant toute situation d’exclusion ou d’affrontement ». Le GMP fait certainement référence aux derniers incidents survenus dans un lycée de Nanterre.

La Grande Mosquée de Paris estime que « si les statistiques publiées récemment par le ministère de l’Éducation sur cette question montre que son traitement médiatique est  surdimensionné », elles « nous obligent cependant à trouver de nouvelles solutions, et notamment à faire œuvre d’une pédagogie renforcée et positive sur la laïcité ».

Par ailleurs, la Grande Mosquée de Paris rappelle qu’il « n’existe pas de tenue religieuse définie et obligatoire en islam ». Elle invite la « jeunesse à comprendre que la foi et les principes de notre religion ne s’incarnent pas et ne se résument pas dans un habit ». Pour la Grande mosquée de Paris, « l’islam n’enseigne ni la contrainte, ni l’ostentatoire, mais bien la liberté, la décence dans le comportement et le respect de l’autre », conclut le communiqué.