Pour la première fois de son histoire, la Grande Bretagne sera dirigée par un Premier ministre issu de l'immigration. En effet, Rishi Sunak, petit-fils d'immigrés d'origine indienne, a été officiellement nommé, ce mardi 25 octobre, par le roi Charles III comme Premier ministre du Royaume-Uni.

Un petit fils d'immigrés indiens nommé Premier ministre en Grande Bretagne

Désigné le lundi 24 octobre par le parti conservateur britannique pour succéder à Liz Truss, démissionnaire, Rishi Sunak, l'ancien ministre des Finances, a été officiellement nommé Premier ministre du Royaume-Uni ce mardi après son entrevue avec le roi Charles III. « J'unirai notre pays non avec des mots, mais des actes », a-t-il assuré lors de sa première intervention devant les journalistes.

Ancien banquier et ministre des Finances, Rishi Sunak devient le premier chef de gouvernement britannique d'origine indienne, de confession hindoue et le premier à être originaire d'une ancienne colonie britannique. À l'âge de 42 ans, ce petit-fils d'immigrés indiens est aussi le plus jeune Premier ministre de l'histoire du Royaume-Uni.

Le Royaume-Uni comme exemple d'intégration et d'ouverture ?

L'événement a été largement commenté à travers le monde et plusieurs analystes ont salué la politique d'ouverture prônée par le Royaume-Uni. C'est le cas de Jean-Marc Four, directeur de la rédaction de France Inter. Dans une chronique ce mardi matin, le journaliste, qui a rappelé les difficultés que vit le Royaume-Uni ces derniers temps sur le plan politique – avec 3 premiers ministres en 3 mois –, a toutefois tenu à saluer l'arrivé de Rishi Sunak au 10 Downing Street.

« La Grande Bretagne est un pays qui sait rebondir », lance Jean-Marc Four au micro de France Inter. « La France n'a aucun intérêt à voir ce pays plonger, car il reste notre 6e partenaire commercial et son rôle en matière de défense est central », ajoute le chroniqueur, tout en appelant les Français à éviter de « trop faire la leçon » aux Britanniques. D'autant plus qu'« en matière de leçons et dans le cas d'espèce c'est nous qui devrions tirer une leçon », enchaîne-t-il.

De quelle leçon parle le directeur de la rédaction de France Inter ? Eh bien, cela a une relation avec les origines du nouveau Premier ministre britannique. « Rishi Sunak est donc hindouiste pratiquant. Petit fils d'immigrés indiens venu du Pendjab. Un profil sans précédent dans le sommet de l'État. Certes, Sunak fait partie de l'élite, formé à Oxford, marié à la fille d'un milliardaire, mais ce fils d'une pharmacienne et d'un médecin n'est pas né avec une cuillère en argent dans la bouche », affirme le journaliste en dressant le portrait du nouveau Premier ministre britannique.

Un Algérien pourrait-il devenir président de la France ?

Et au directeur de la rédaction de France Inter d'ajouter que le nouveau chef du gouvernement britannique « assume ses origines ». Et il n'est pas le seul, selon lui, en citant 3 autres ministres d'origine étrangère (un Pakistanais, un Nigérian et un Mauricien). « Cela est le fruit d'une politique volontariste imposée il y a 15 ans par David Cameron (ancien Premier ministre du Royaume-Uni, NDLR) au sein du parti conservateur avec des quotas de femmes et d'enfants de l'immigration parmi les députés », explique-t-il.

En poursuivant son analyse, le chroniqueur est allé jusqu'à faire le parallèle avec la France. « Si on transpose en France, ça nous donnerait donc un président d'origine algérienne ou marocaine », explique-t-il. « Je vous laisse méditer là-dessus », conclut le journaliste, comme pour suggérer aux responsables français de s'inspirer de ce qui se fait au Royaume-Uni en matière de l'intégration des immigrés dans la gestion des affaires de l'État.

Vidéo : Jean-Marc Four suggère un président d'origine algérienne

En France, des députés et des ministres d'origine algérienne

Il est tout de même important de souligner qu'en France, plusieurs responsables politiques, que ce soit à des postes électifs ou exécutifs, sont issus de l'immigration. Des ministres originaires de l'Afrique du Nord ont été nommés ces dernières années dans différents gouvernements, que ce soit de la gauche ou de la droite. Plusieurs ministres originaires de l'Algérie, du Maroc ou de la Tunisie ainsi que d'autres pays africains ont été désignés dans différents gouvernements français. Une dizaine de députés originaires de l'Afrique du Nord ont été élus à l'Assemblée nationale lors des législatives de juin dernier.